Par Julien Langard, responsable du canton de Carpentras Sud

 

langard

 

Les chiffres publiés dans le dernier rapport de l’observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sont sans appel. En un an de gouvernance de  la gauche, ce sont plus de 367 000 cambriolages recensés par les forces de police et de gendarmerie !

Les atteintes aux biens connaissent une hausse très importante. De juillet 2012 à juillet 2013, ce sont plus de 67 663 faits constatés, ce qui porte le total des atteintes aux biens à près de 2,2 millions en un an. Dans le détail, les vols à main armée contre les établissements commerciaux ont augmenté de 7% en ville (police) et de 12, 9% dans les secteurs ruraux et périurbains (gendarmerie). Les vols à la tire augmentent de 13,7 % en ville  et 28,2% dans les campagnes.

Total général des vols à la tire sur les 12 derniers mois : 107 000 faits soit près de 300 par jour !

Le Vaucluse n’est pas épargné. A Carpentras par exemple on ne compte plus les petits commerces touchés par ce fléau : boulangeries, bureaux de tabac, garages, bars, centres commerciaux…

Face à cette situation, le gouvernement n’est pas à la hauteur. « Quand les Gardiens de la paix font une arrestation, souvent la justice ne suit pas » nous a déclaré récemment un commissaire sous couvert de l’anonymat.

Cerise sur le gâteau, les délinquants et les criminels sont encouragés par l’attitude générale du gouvernement et en particulier par celle du ministre de la justice Madame Taubira. Depuis qu’elle est arrivée au gouvernement, elle a multiplié les consignes visant à éviter la prison à des individus dangereux condamnés à de la prison ferme. D’après le Pr Alain Bauer, expert du système pénal, près de 98% des condamnés pour des délits, même graves, pourraient échapper à l’incarcération avec la nouvelle « peine de probation » envisagée par le Garde des Sceaux.

Après le mariage pour tous, c’est la prison pour personne!

Le Front National demande que l’on prenne enfin la mesure de l’importance de la délinquance et de son extrême dangerosité. Il indique qu’aucune baisse de cette délinquance ne sera enregistrée tant que l’esprit de faiblesse et de laxisme régnera dans les plus hautes sphères de l’État et tant que le délinquant sera préféré à la victime.