Hervé de Lépinau, conseiller départemental et conseiller municipal de Carpentras, à l’occasion du Conseil municipal de 29 mars 2016, a adressé une question écrite à Francis Adolphe, maire socialiste de Carpentras. Francis Adolphe a refusé d’y répondre arguant que cette question n’était pas conforme au règlement intérieur du Conseil municipal, règlement intérieur édicté par le même Francis Adolphe…

« Monsieur le maire,

Je vous saurais gré de bien vouloir apporter une réponse à la question suivante :

Un éminent soutien (et pas des moindres) lors de la campagne des municipales de 2014, Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur et aujourd’hui Premier ministre, a conseillé récemment à un homme d’Eglise, cardinal de son état, de « prendre ses responsabilités » (c’est-à-dire de démissionner de ses fonctions) à la suite d’accusations de non dénonciation de délits qui auraient été commis il y plus de 20 ans.

Ce prélat n’a pourtant pas été encore entendu par la police, ni mis en examen et, par construction, encore moins condamné.

Au terme d’une procédure judiciaire classique (garde à vue, enquête préliminaire, citation à comparaitre), vous avez été déclaré coupable de violences volontaires par le tribunal correctionnel de Nîmes le 16 mars dernier et condamné à 2 mois de prison avec sursis et 1500€ d’amende.

Vous avez interjeté appel de cette décision, ce qui est votre droit le plus strict.

Le Parquet, dans ses réquisitions, avait demandé une obligation de soins, au motif qu’il lui semblait important que vous appreniez à gérer votre colère. J’observe que cette colère est présente dans votre sphère publique, à en croire les accusations de violences portées contre vous par votre ancien 1er adjoint et autres colistiers du précédent mandat (j’en moi-même fait les frais puisque vous m’aviez publiquement menacé pendant la campagne des départementales sur le marché de la ville).

Aussi, et au regard de la discipline que le Premier ministre souhaite voir appliquée par les personnes publique mises en cause pour des faits délictueux, entendez-vous démissionner de vos mandats publics afin de vous consacrer pleinement à l’organisation de votre défense ? »