images

« La politique exige des marques de courage » déclarait Monsieur ESTROSI lorsqu’il démissionna, avec panache, de son poste d’élu municipal , refusant, ainsi, avec courage, de participer à une mascarade consistant à faire élire un pseudo-maire au sein de l’équipe municipale, méprisant par là même le choix initial des Niçois.

il avait alors tellement raison….. un Maire de Nice doit et ne peut-être choisi que par tous les Niçois.

Mais c’était il y a 25 ans. c’était l’ ESTROSI d‘avant, celui des convictions.Celui qui jamais n’aurait accepté d’être l’otage de la gauche Marseillaise pour s’asseoir dans le fauteuil du président du Conseil Régional.

Tant d’années ont passées, aujourd’hui à 13 mois de l’âge légal de la retraite Monsieur ESTROSI porte désormais les rides profondes du politicard prêt à tout, pour tout garder.

Acculé par la loi sur le cumul des mandats il est désormais Président Régional choisi par la gauche, 1er adjoint d’un Maire de droite sans légitimité, suppléant de son propre siège de Député, Président de la Métropole.

A l’aune de sa carrière Monsieur ESTROSI incarne aujourd’hui ces élus qui ont le privilège de s’affirmer en se niant et de se retrouver en se reniant.

Olivier Bettati, Conseiller régional Front National