Le Conseil municipal de Carpentras était invité mardi 29 avril à délibérer sur l’adoption du budget principal pour l’exercice 2014. Une longue soirée qui a révélé cruellement les faiblesses de l’équipe dirigeante en matière de finances. Je ne sais pas comment vous faites à la maison lorsque vous faites votre budget de l’année N ? Moi, personnellement, je regarde ce que j’ai dépensé et gagné à l’année N-1, j’évalue mes recettes et mes dépenses pour l’année N et je vois alors ce que je vais pouvoir faire. Et bien, Monsieur Adolphe et son « Grand Argentier » Gandon, eux, ils ne font pas du tout comme cela, tout du moins avec votre argent (avec le leur, je n’en sais rien). Eux, ils comparent ce qu’ils avaient prévu en dépenses et recettes à l’année N-1 avec ce qu’ils prévoient à l’année N ! Aussi, leur construction budgétaire repose sur du vent et c’est sans doute au gré du mistral que sera gérée la ville. Cette faiblesse particulièrement inquiétante pour notre ville a été mise en lumière par l’opposition municipale. Les tirs croisés (et pourtant non coordonnés !) d’Hervé de Lépinau et de Julien Aubert ont été d’une efficacité redoutable. Aucune réponse claire, convaincante n’a été apportée aux nombreuses interrogations d’une opposition qui elle, avait lu et étudié les dossiers : Augmentation de 11% des dépenses de fonctionnement en 2014 alors que les recettes devraient baisser de 5% : on fait comment ? Une mission économique (domaine relevant en principe de la COVE) verrait son budget augmenter de 72% pour atteindre 1,2 millions. De quoi s’agit-t-il ? Pour quoi faire ? Les sommes distribuées en honoraires augmenteraient de 31% et passeraient à un demi- million. Question lancinante et sans réponse : de quoi s’agit-il ? Augmentation de 12% des dépenses de personnel alors même que les effectifs baisseraient légèrement. On croyait le point d’indice des fonctionnaires gelé ! Dans la série, la « fête continue », le poste « fêtes et cérémonies » augmenterait de 27% pour atteindre 350 000 euros. Enfin, mais la liste serait bien longue, le budget alloué aux voyages du Maire et aux élus (pas d’opposition, j’imagine !) doublerait pour passer à 50 000 euros. En période de crise, nos édiles socialistes, aveuglés par leurs lunettes roses, ne voient même pas l’indécence de certaines mesures… En résumé, des comptes fantastiques qui ouvrent des perspectives cauchemardesques. L’adjoint finances, ne sachant plus quoi dire à un certain moment, a invité l’opposition à se rapprocher du fonctionnaire en charge des finances à la mairie pour avoir plus d’informations sur le budget : tant d’incompétences avouées avec une telle assurance, cela force le respect ! Quant au Maire, au bout de ses tours magicien de fête foraine, son argument le plus convaincant a été de couper le micro à Hervé de Lépinau… On reste sans voix, si j’ose dire. Tout ceci serait risible, s’il ne s’agissait au bout du compte de notre argent et de l’avenir de notre ville. En tout cas, faute d’avoir un gouvernement municipal sérieux, notre ville a la chance d’avoir une opposition solide qui ne lâchera rien.