Pendant la campagne des dernières Régionales, ou récemment dans une campagne médiatique, Estrosi et Juppé ont allègrement porté leurs attaques contre le FN sur le terrain des compétences.

Si l’on en croit l’ancien premier ministre et maire de Bordeaux ou le nouveau président de la région PACA, le Front National, une fois aux affaires, ne saurait pas gérer. Le nouveau porte-coton de l’ancien premier ministre, Maël de Calan, s’est en effet récemment fendu d’un livre réquisitoire (voir le post d’hier sur notre site). Un de plus. D’abord on se réjouirait presque qu’enfin les critiques ne se placent pas sur plan moral, mais sur du concret. Justement, parlons-en !

Le Canard Enchaîné, relayant une décision du Conseil d’Etat, vient de nous apprendre que la mairie de Bordeaux s’est tout simplement trompée sur le coût du nouveau grand stade, construit spécialement pour l’Euro 2016. Oh, une petite erreur, à peine 176 millions d’euros (le double de ce qui était prévu). Construit selon le mode du partenariat public-privé, via une délégation au consortium Vinci-Fayat, ce nouveau stade s’avère déjà surdimensionné par rapport aux besoins du club résident, les Girondins de Bordeaux, et à ses maigres résultats. Mais l’accent est surtout mis sur un cadeau discret d’Alain Juppé aux exploitants : une subvention, doublée d’un remboursement des impôts locaux pendant 30 ans. La facture finale s’en trouve donc sévèrement alourdie.

Décidément, c’est une manie chez les « champions » des LR. En effet, on se souvient que l’an passé, la Chambre régionale des comptes s’était étonnée du coût exorbitant du nouveau stade de Nice Allianz Arena  par rapport à d’autres enceintes récemment construites par la même société.  Peu importait pour Estrosi, dont la ville est déjà  monstrueusement endettée. D’autres suspicions se sont portées sur le financement par la ville du système de navettes pour les spectateurs, ou sur le caractère de service public du stade qui rendrait le mode de financement (partenariat public-privé) douteux et donc illégal. La justice financière s’est du reste emparée de l’affaire.

« On est des champions » pourraient chanter en chœur Estrosi et Juppé qui, comme on sait, sont de grands donneurs de leçons de morale et d’économie devant l’Eternel…

Alex Verrier, responsable du Front National pour Vaison-la-Romaine