Avant-hier au soir, la cité des Papes a été une nouvelle fois le théâtre de la « colonisation à l’envers »  mise en œuvre par les responsables politiques depuis 50 ans. 

En effet, pour « fêter » la qualification de l’équipe de football d’Algérie pour la coupe du monde, des rues ont été fermées pour prévenir d’éventuelles dégradations, des bandes de «jeunes» ont défilé brandissant des drapeaux algériens, saccageant les poubelles sur leur passage et faisant un maximum de tapage dans le centre-ville à base de bruits de klaxon, de derboukas et de fumigènes. Dans un ultime élan de « liesse », selon les termes utilisés par l’actuel Garde des Sceaux en de telles circonstances, ceux-ci ont ensuite copieusement caillassé les forces de l’ordre qui tentaient de les canaliser.

Ces évènements intolérables sont avant tout le reflet d’une grave crise identitaire dont souffrent la plupart des villes françaises. Ils démontrent que la liberté des citoyens de papier empiète de plus en plus sur celle des citoyens historiques à la faveur de l’apathie gouvernementale et municipale. Ils prouvent également que les populations d’origine ultra-méditerranéenne, naturalisées ou non, ne se sont jamais intégrées et n’en ont pas la moindre volonté. Ils révèlent encore que les forces de Police sont bien en peine de maintenir l’ordre public au cœur même des centres-villes, l’intégrité nationale s’en trouvant, de fait, menacée de l’intérieur.

Nous n’avons plus rien à attendre de la classe politique, Rose, Bleue, Rouge, Verte, Orange, Incolore ou Transparente pour qu’elle remédie à cette situation qu’elle a non seulement initiée mais qu’elle continuera d’aggraver. Cependant, que les honnêtes citoyens se rassurent: l’identité, la liberté, l’ordre et le drapeau tricolore reviendront bientôt au cœur de la cité comme les embruns vivifiants d’une grande vague Bleu Marine.

Rémy RAYE

Secrétaire Départemental Adjoint

Fédération FN 84