Voir plus loin

Lors du Conseil municipal de juin, la présentation du compte administratif fut l’occasion d’une scène quelque peu surréaliste. La gauche présentait la situation et les perspectives budgétaires – très inquiétantes – d’Avignon comme si cela ne dépendait pas d’elle, alors que cela fait près de 18 longs mois qu’elle est aux affaires.
Face à ces difficultés, aucune proposition, aucune solution pérenne, si ce n’est compter sur d’hypothétiques aides des autres collectivités et rogner quelques subventions aux associations qui font le rayonnement de notre ville.
Seules épargnées : le magma d’associations relevant de la « politique de la ville. Une politique qui depuis plus de 30 ans déverse dans les « quartiers » des milliards en pure perte : l’insécurité et le chômage augmentent toujours, le communautarisme s’y renforce et la qualité de vie au quotidien s’y dégrade. Mais la novlangue officielle parlera évidemment d’un « vivre ensemble à reconquérir » pour « une ville apaisée » autour du fameux « lien social » (sic).
D’ailleurs, à écouter la gauche, on se demande si Avignon n’est pas devenue une orange, tant on ne parle que de ses quartiers. Ou comment donner des gages à ses clients pour en faire des obligés. Mais au delà des rénovations, certes nécessaires, d’équipements et d’immeubles, où sont les projets pour faire revenir de la mixité sociale, du pouvoir d’achat, du commerce ? On les attend en vain. Comme on attend en vain une vision globale qui permette enfin de tirer Avignon vers le haut, de retrouver une attractivité, de redonner un nouveau souffle à cette grande ville d’histoire, d’art et de culture.
Notre groupe FN/RBM considère que le développement économique de la Courtine est important, mais ne fera pas tout. Il faut aussi la LEO et le Tram, s’appuyer plus que jamais sur nos pôles de compétitivité, jouer l’innovation, et surtout nous projeter vers l’avenir en gardant en mémoire que nous ne pourrons redistribuer que les richesses que nous aurons créées.
La proximité est ainsi une condition nécessaire, mais pas suffisante. Une ville est davantage que la somme de ses quartiers, et a besoin d’un élan global.

GROUPE AVIGNON DEMAIN (FN/RBM)
Philippe Lottiaux, Anne-Sophie Rigault, Daniel Christos, Mauricette Mas, Mireille Roumette, François Glémot, Raphaël Mérindol
Contact : avignondemain@gmail.com – http://avignon-demain.e-monsite.com/