COMMUNIQUE DE MARION MARÉCHAL-LE PEN

Durant la période où la ville du Pontet fut gérée par 3 administrateurs dans l’attente de nouvelles élections municipales, il revenait à la Chambre Régionale des Comptes (CRC) d’élaborer le projet de budget primitif que seul le Préfet est habilité à valider. Ce dernier aurait pu recueillir l’avis du maire Front National et l’informer des orientations budgétaires avant de prendre son arrêté. Las, il n’en fut rien et la nouvelle équipe de Joris Hébrard, brillamment réélue, s’est vu imposer des choix qu’elle n’aurait jamais retenus. Contrairement à ce qui se fait dans les autres villes gérées par le Front National, les impôts des Pontétiens seront donc augmentés… Par le Préfet ! La CRC a également décidé de supprimer la prime de fin d’année réservée aux agents municipaux, pourtant en vigueur depuis 1987, au motif qu’elle serait tout d’un coup devenue irrégulière… Enfin, c’est une première sous la Vème République : l’équipe municipale exercera désormais son activité bénévolement suite à la suppression des indemnités des élus actée par la CRC. L’attitude du Préfet, qui a entériné le budget primitif avant d’avoir rencontré le maire, marque un profond irrespect envers l’autorité municipale Front National et constitue un déni de démocratie.
J’apporte tout mon soutien à l’équipe municipale de Joris Hébrard dans les suites juridiques qu’elle entend donner à cette affaire afin de pouvoir administrer sa commune avec les moyens nécessaires, en respectant la confiance des habitants du Pontet.