Communiqué de Catherine Candela, responsable de la 4ème circonscription de Vaucluse

Classement PIRLS : la France recule encore.

L’étude internationale PIRLS (Programme international de recherche en lecture scolaire) qui vient d’être publiée révèle une nouvelle baisse du niveau de lecture et de compréhension des écoliers français de CM1.

Sur les 50 pays étudiés, de niveau économique similaire, notre pays se classe seulement 34ème , la Russie première. Pire, la France accuse donc une baisse continue depuis les années 2000. Les élèves évalués cette fois-ci subissent la mise en œuvre des nouveaux programmes entrés en vigueur en 2008, alors largement critiqués.

Les raisons de ces lacunes sont notamment une série de réformes contradictoires (11 ministres de l’Education nationale, de droite comme de gauche, depuis 2000), une formation inadéquate des enseignants par rapport à leurs collègues européens, et des méthodes d’apprentissage marquées par l’idéologie et non l’efficacité.

En réaction, le nouveau ministre Jean-Michel Blanquer promet de ressusciter une dictée quotidienne dans les classes de primaire. Si l’intention est évidemment louable, il importe de rester vigilant afin qu’elle ne devienne pas un effet d’annonce, contrariée par les pesanteurs de l’Education nationale.

Parmi les 144 engagements présidentiels de Marine Le Pen, le numéro 101 rappelait la volonté d’assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux (français, histoire, calcul), et à l’école primaire réserver la moitié du temps d’enseignement au français, écrit et oral. Dans le même esprit, il conviendrait de supprimer l’enseignement des langues et cultures d’origine.

 

Communiqué téléchargeable en PDF