2

 

Marie de Maleville, conseillère départementale de Carpentras, et Julien Langard, conseiller municipal et communautaire, ont participé au dépôt de gerbe organisé mardi 5 juillet par la maison des rapatriés de Carpentras.
Entre 700 et 3000 Français disparurent durant ces massacres, trois mois et demi après le cessez-le-feu en Algérie. Les forces armées françaises attendirent de longues heures avant de recevoir l’ordre de s’interposer.

Au contraire du 17 octobre 1961, la France n’a jamais voulu reconnaître sa responsabilité, alors que c’est, sur un temps très court, le plus grand massacre de la guerre d’Algérie.

1

4