Communiqué d’André-Yves Beck, responsable de la section d’Orange 

Les pro-clandestins ne sont pas chez eux à Orange !

La Marche des Migrants comptait faire étape hier à Orange avec la même facilité que vendredi soir à Avignon. Leur arrivée était prévue à 18 h 00. Prévenus de l’arrivée d’un comité d’accueil d’une quarantaine de militants du FN Vaucluse, les membres du cortège d’extrême-gauche ont abrégé leur parcours pour arriver en milieu d’après-midi.
Présents devant le Café Jardin, qui hébergeait les pro-clandestins, à partir de 17 h 00 et pendant plus d’une heure, les militants du FN ont distribué un tract informant les habitants du quartier de la raison de leur présence. Dans le même temps, d’autres militants tenaient une banderole le long de la route, une banderole très souvent saluée de coups de klaxon enthousiastes ou de pouces levés.
Durant leur tractage, les militants ont pu discuter avec plusieurs riverains excédés par l’activité du Café Jardin. L’un d’entre-eux les qualifie même de « zadistes d’Orange ». Le Café Jardin qui a reçu, en 2015, 9 000 euros de subvention du Conseil régional est dirigé par des membres ou des proches du parti socialiste. Sous couvert de « jardinage », de « permaculture » et autres fabrications de meubles « avec des palettes de récupération », le Café Jardin est en fait un lieu éminemment politisé.
Au total, une belle opération militante qui avait pour but de dire à ceux qui déclarent « bienvenue aux migrants » qu’ils n’étaient pas, eux, les bienvenus en Haut-Vaucluse, terre de résistance, terre FN.