14022362_120096311774530_510102310848869006_n

 

 

Avignon, le 28 avril 2017

 

Il nous a été donné de lire un message de M. Jean-François Césarini, « référent » de En Marche dans le Vaucluse, message adressé à ses troupes à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle. Le voici : « Nous avons besoin d’assesseurs pour surveiller le deuxième tour dans les bureaux de vote dans tout le département.  C’est très important !!

Nous comptons vraiment sur vous. Ce scrutin est à risque dans ce département où le Front National est fort. Il faut que l’on puisse empêcher les fraudes. »

Anne-Sophie Rigault, conseillère municipale d’Avignon et candidate aux élections législatives dans la 1ère circonscription de Vaucluse, demande à M. Césarini de bien vouloir préciser sa pensée : quel risque le Front National fait-il peser sur ce scrutin si ce n’est celui probablement d’arriver largement en tête au second tour dans le Vaucluse ? Quelle estime porte M. Césarini à nos 151 maires de Vaucluse – dont seulement deux sont Front National !-, en charge d’organiser les élections et aux centaines d’assesseurs, délégués, de tous bords politiques ou sans étiquette, pour imaginer qu’il puisse y avoir de la fraude dans nos mairies ?

M. Césarini est bien le digne représentant de son candidat hors-sol dont le mépris pour le peuple français n’est plus à démontrer.

Anne-Sophie Rigault, conseillère municipale d’Avignon, candidate aux élections législatives dans la 1ère circonscription