Municipales 2014 :  la presse locale en Vaucluse face au défi de l’objectivité

Depuis plusieurs mois, la presse quotidienne régionale en Vaucluse consacre très régulièrement des articles au député UMP de la 5ème circonscription du Vaucluse, Julien Aubert, probable candidat à la mairie de Carpentras.

Consulté et interrogé quasi systématiquement sur les grands sujets du département, il bénéficie d’une couverture très large, relatant notamment ses prises de position à l’Assemblée.

A titre d’exemple, on trouve encore deux articles complets dans les éditions du jour de la Provence et de Vaucluse Matin.  Le premier commence par un concert de louanges, présentant Julien Aubert comme ‘l’un des dix députés les plus actifs’, ‘présent dans tous les débats’, ‘aimant à rendre des comptes à ses électeurs’, etc etc.

Ces articles partisans témoignent d’une méconnaissance du fonctionnement de l’Assemblée nationale:  député d’un groupe de 200 élus, Monsieur Aubert n’a qu’à cosigner des textes que d’autres rédigent pour en porter les lauriers.  Un seul exemple :  sur les 62 propositions de lois qu’il revendique, comme le rappelle complaisamment l’article, il n’est l’auteur d’aucune !  L’immense majorité ne sera en outre jamais présentée à l’ordre du jour du parlement.

Porter un jugement qualitatif sur un député en comptabilisant bêtement des textes alignés au kilomètre pour faire du volume est bien évidemment inadéquat.

Bien qu’également députée, et donc tout aussi légitime, je fais l’objet d’un black-out total dans la presse locale de Vaucluse depuis plusieurs mois.  Silence pesant sur mes actions parlementaires ou en circonscription, communiqués restant toujours lettre morte, je ne suis jamais interrogée et très rarement citée :  seule la naïveté pourrait laisser croire à une situation fortuite.

Unique députée Front National, je peux revendiquer la paternité du travail de fond que je mène à l’Assemblée.  J’ai eu à cœur d’être présente dans tous les grands débats, consciente de porter la voix de plus de 6 millions d’électeurs.

Je suis enfin présente en circonscription chaque semaine, tenant mes permanences, allant à la rencontre des administrés et m’impliquant dans la vie locale en Vaucluse.

Il serait bon dès lors que la presse fasse preuve de l’objectivité nécessaire dans le traitement des élus, en particulier en vue des prochaines échéances municipales, sauf à vouloir à tout prix créer les conditions d’un scrutin déloyal.