Diesel : non au saccage des automobilistes voulu par le gouvernement, oui au protectionnisme écolo !

 

Derrière la discorde, le soudain intérêt du gouvernement pour le diesel est bien sûr uniquement motivé par des raisons financières et non par des questions de santé publique ou environnementales.
Duflot, Batho et Montebourg se retrouveront facilement sur ce point : les Français ne sont bons qu’à payer.
Les choses doivent être dites sans détour : la surtaxe sur le diesel est l’un des innombrables outils de l’hyper-austérité que le pouvoir met en place à la demande de l’Union européenne. Ni plus ni moins.
L’objectif est de faire payer encore davantage l’automobiliste, déjà accablé de taxes en tout genre.
Le gouvernement doit ainsi clairement repousser tout projet qui pénaliserait au porte-monnaie l’utilisateur de diesel, à qui pendant des années on a promis un carburant moins cher en échange d’un coût plus élevé à l’achat du véhicule.
Si le gouvernement s’intéresse vraiment à l’écologie, qu’il fasse alors le choix du protectionnisme intelligent.
Ce sont en effet les droits de douane ciblés sur les produits fabriqués dans des pays qui ne respectent aucune norme environnementale qui sont la vraie arme pour la défense de la nature et la santé des hommes.
Nous les proposons, quand le PS et l’UMP restent dogmatiquement accrochés au mythe mortifère du libre-échange total.