Le Front National se félicite de l’élection du Pape François, qui a déjoué les calculs souvent médiocres des pronostiqueurs, assimilant le Conclave à la cuisine politicienne dont ils font habituellement leur miel.

Il ne s’étonne pas de le voir déjà en butte à la calomnie, comme le furent tous ses prédécesseurs depuis Pie XII.

Il ne doute pas qu’il saura résister aux insupportables et arrogantes pressions de ceux qui le somment, sous prétexte de « progrès », d’abandonner la morale chrétienne et la tradition de l’Eglise catholique.