Inacceptables hausses du tarif de l’électricité : où est passé le service public ?

Les nouvelles hausses de tarif de l’électricité annoncées par le gouvernement, 5% en août 2013 puis 5% en août 2014, frapperont durement et injustement nos compatriotes. En quelques années la France sera passée de l’énergie bon marché à l’énergie chère, parce que ses gouvernements PS et UMP ont aveuglément suivi la politique européenne de libéralisation du secteur de l’énergie et de casse du service public à la française. Contrairement aux promesses des adorateurs de l’Union européenne, cette politique menée à coup de directives n’a pas entraîné de baisse des prix, bien au contraire.
Notons que cette nouvelle augmentation du prix de l’électricité est d’autant plus inacceptable qu’EDF a réalisé en 2012 3,3 milliards d’euros de bénéfice, après 3 milliards déjà en 2011.

Le grand saccage du pouvoir d’achat continue donc : dans quelques mois ce sera le prix du timbre qui bondira, et bientôt le taux du livret A connaîtra une nouvelle baisse.

Marine Le Pen appelle le gouvernement à renoncer à ses augmentations du tarif de l’électricité : aucune considération sérieuse ne les justifie. Elle s’engage à promouvoir une grande politique du service public, qui rompe avec la doctrine ultralibérale de l’Union européenne et qui conforte les entreprises de service public dans leur mission première de service aux Français, loin du dogme de la rentabilité à tout prix.
Comme mesure d’urgence pour le pouvoir d’achat, elle renouvelle sa proposition de baisse immédiate de 5% des tarifs du train, de l’électricité et du gaz, financée par les confortables bénéfices des grandes entreprises concernées.