Vote solennel du PLFSS 2014

Lors du scrutin solennel qui s’est tenu ce jour à l’Assemblée nationale, Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard ont voté contre le projet de loi de finances pour la sécurité sociale 2014.

Notre système social est engagé dans une spirale des déficits depuis 2001 et incarne l’absence de volonté dans la maîtrise de la dépense.  A nouveau en 2014, sur les quatre branches du régime général et le FSV, seule la branche accidents du travail pourrait être à l’équilibre.  Le solde général avoisinerait les 13 milliards d’Euros de déficit, chiffre traditionnellement optimiste.

L’hypertrophie des dépenses sociales, 475 milliards d’euros pour le seul PLFSS, bien plus avec les dépenses assumées par l’Etat et les collectivités, prive l’Etat de marges de manœuvre pour ses missions régaliennes, comme la sécurité ou la défense.

Au-delà des ajustements techniques dont les parlementaires débattent chaque année, il faut remettre en cause fondamentalement le coût des politiques migratoires qui ont transformé la France en libre-service de droits sociaux, ouverts à toute la misère économique du monde.

Parmi les mesures à mettre en œuvre, il faut introduire une forme de priorité nationale, notamment lorsque les prestations versées ne dépendent pas du niveau de contribution des bénéficiaires.  Il faut également lutter de manière beaucoup plus déterminée contre la fraude sociale sous toutes ses formes, qui coute de 15 à 20 milliards d’Euros par an.