herve1

 

Pour Julien Aubert, la démagogie, c’est tout un programme !

«A peine investi, Mr Aubert, député de Pertuis et des environs, se croit obligé de réagir dès que son nom apparaît dans la presse, un peu à la manière d’un membre honoraire du parlement récemment battu. J’ai simplement rappelé que consacrer 14 heures par jour à un mandat de député laissait peu de place pour la gestion d’une ville en difficulté de 30000 habitants : simple remarque de bon sens. En outre, les rumeurs que celui-ci répand, concernant des tractations que j’aurais engagées avec l’équipe de Jean-Luc Becker, relèvent du pur fantasme. En revanche, je précise que nombre de déçus de l’UMP nous rejoignent, préférant l’original bleu Marine à la pâle copie bleu Lavande. Et faire de la surenchère à droite ne doit tromper personne, surtout quand la ficelle ressemble à de la corde à nœuds : ordonner la fermeture de la mosquée N.D de Santé ? L’arrêté municipal existe depuis 2004 et c’est aux tribunaux de le rendre exécutoire. Enfin, si Mr Aubert annonce vouloir renoncer à une partie de son indemnité de maire, ce n’est pas par philanthropie mais   parce que la loi l’y obligera au titre de la règle dite de « l’écrêtement » qui s’applique aux élus cumulards, ce qu’il deviendrait en cas d’élection… Avec Monsieur Aubert, la démagogie n’est pas en reste. Mais les électeurs ne seront pas dupes.»