Jeudi 12 février 2015, la désormais traditionnelle soirée mensuelle FN-Bleu Marine de la fédération du Front National de Vaucluse se déroulait à Monteux, à la Bastide des Oliviers. Connaissant une affluence toujours plus forte, plus de deux cent personnes s’étaient déplacées pour l’occasion, venues des quatre coins du département. L’invité de marque n’était autre que Laurent LOPEZ, unique conseiller général du Front National, élu en 2013 dans le canton de Brignoles (Var). Celui-ci a pris la parole devant un public aux anges. Tour à tour, les candidats aux élections départementales pour le canton de Monteux se sont exprimés : Antonia DUFOUR et Rémy RAYE (candidats titulaires) ; Dorine PALOTY et Rémy ARNAUD (remplaçants). Au cours de cette soirée chaleureuse, patriote et bon enfant, le site officiel des élections départementales dans le Vaucluse a été officiellement lancé et présenté au public par Marc Dufour, directeur de campagne (canton de Monteux). De très nombreux candidats venus de tout le département étaient venus soutenir l’équipe montilienne.

La prochaine soirée mensuelle FN Bleu Marine se déroulera à Aubignan, le 12 mars, en présence de Gilbert Collard et de Marion Maréchal-Le Pen.

Revivez ces instants en images et en poésie.

CHEZ NOUS (Discours prononcé par Rémy Rayé, candidat pour le canton de Monteux)

 

Chez nous ? C’est un trésor ! C’est un cadeau du ciel !

Nous avons le Ventoux, les cigales, le miel,

La lavande et le thym, nos superbes Dentelles,

Des murailles trapues et de jolies chapelles.

Nous avons la fougasse et bien sûr le Pastis,

Les olives, les vins qui toujours nous ravissent.

Le son des galoubets, de la boule qu’on tire,

Platanes et cyprès, bécasses à rôtir.

Puis nous avons Daudet, Saboly et Mistral

Et puis l’autre mistral aux puissantes rafales.

Nous avons le soleil pour nous chauffer le cœur

Et notre accent qui chante, inspirant le bonheur.

 

Chez nous, malgré tout ça, le décor se transforme.

Plus personne ne rit. Les provençaux s’endorment.

On ne boit plus de vin, mais du thé à la menthe ;

Notre accent s’est paré de teintes inquiétantes.

On voit fleurir partout des choses un peu louches :

Tchadors et djellabas, grandes barbes, babouches.

Les champs sont bétonnés ; les vergers sont en friche ;

Les enfants sont partis. Où sont passés les riches ?

On ne bâtit plus rien si ce n’est des mosquées ;

Les quartiers sont remplis de venimeux roquets.

Les vieux se sentent seuls, ils n’ont plus de famille

Pour parler de jadis sous la verte charmille.

 

Ce chez-nous merveilleux qu’aux quatre coins du monde

L’on admire et l’on chante en dansant une ronde,

Ce chez-nous de cocagne, abondant de richesses,

Ce pays si fécond et rempli de promesses,

Ce chez-nous enlaidi, sali, défiguré,

Ce chez-nous que des couards laissent-là torturer,

Ce chez-nous oublié et livré à lui-même,

Ce chez-nous précieux, ce chez-nous que l’on aime,

Il est temps maintenant de lui rendre sa gloire !

Gardez, gens de chez nous, gardez toujours l’espoir !

L’heure du Grand Réveil aujourd’hui a sonné !

Ce CHEZ-NOUS, chers amis, nous allons le sauver !

DEF_5862 DEF_5877 DEF_5881 DEF_5888 DEF_5904 DEF_5905 DEF_5939 DEF_5949 DEF_5968 DEF_5986 DEF_6005 DEF_6031 DEF_6034 DEF_6051 DEF_6065