Chers amis,
Nous commémorerons demain le 97e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, occasion rituelle de rendre hommage à nos aïeux tombés sur le champ d’honneur pour libérer le pays.
Le 11 novembre a été jusqu’alors une journée d’intense émotion, de reconnaissance à l’égard de ceux qui ont donné leur vie au service de la Patrie.
Nous étions émus et fiers car ce sacrifice avait du sens, il était le prix de la paix et de notre prospérité.
Le courage avait un visage, celui du poilu qui trouvait dans l’évocation de sa famille, de son village, de son terroir la force nécessaire pour se jeter dans la bataille à corps perdu, tant la violence du combat laissait peu de chances de survie.
« Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,
Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre. »
Ecrivait le lieutenant Charles Péguy avant d’être fauché le 5 septembre 1914 par les balles allemandes.
Demain, la honte et le dépit marqueront ce jour de recueillement car ceux qui osent parler depuis 40 ans au nom de la France ont petit à petit abandonné ce pourquoi des millions de soldats ont donné leur vie.
LA NATION : cette famille de familles, a été sacrifiée sur l’autel du mondialisme au profit d’un matérialisme global où l’individu a laissé la place au consommateur.
LA PATRIE : cet espace commun censé nous protéger, aujourd’hui ouvert aux quatre vents mauvais avec les accords de Schengen. L’Europe de Bruxelles était censé nous protéger. Le déferlement de centaines de milliers de clandestins est la preuve manifeste de ce mensonge.
LA FAMILLE : mère des institutions, facteur de stabilité sociale, de croissance économique et de protection des plus faibles n’a jamais été autant attaquée que sous le sinistre Hollande. L’infâme loi TAUBIRA, le matraquage fiscal des classes moyennes, l’endoctrinement de nos enfants par les réformes NAJAT BELKACEM.
Ça suffit, BASTA !!!!!!
Alors que la France est aujourd’hui reléguée dans le concert des Nations, que le cap des six millions de chômeurs a été largement dépassé, que nos concitoyens s’appauvrissent, que l’invasion migratoire, programmée il y a 40 ans avec le regroupement familial cher à Chirac et Giscard, est aujourd’hui passé à la vitesse supérieure, le premier ministre Manuel VALLS a annoncé la priorité des priorités :
« Ce serait un drame que le FN gagne 1,2 ou trois régions. »
Et au chef de gouvernement de menacer :
« Il faudra tout faire pour empêcher la victoire du Front National. »
En France, en 2015, c’est un drame que la démocratie s’exprime par le vote et tous les coups seront donc permis pour empêcher le premier parti de France d’accéder à des responsabilités.
Mes amis, cela a un nom : la dictature. !!!!!
Le peuple de Provence ne se laissera pas faire.
Les élus de Vaucluse qui m’entourent, maires, conseillers municipaux, conseillers communautaires, conseillers départementaux et demain conseillers régionaux, sont les preuves vivantes de cette détermination sans faille.

L’islamisation de notre pays constitue enfin un défi identitaire majeur.
Se construit à Carpentras une mosquée d’une capacité d’accueil de 1200 places ainsi que les prémices d’une école coranique grâce à la complicité d’un maire sans conviction et d’une majorité socialo-communiste aveugle.
Pour endiguer cette menace, notre premier devoir est de renouer avec nos racines, d’embrasser pleinement notre culture, qui des siècles durant a éclairé le monde.
Mes amis, même si le constat est sombre et la trahison de nos élites amère, nous devons vivre avec l’espérance chevillée au corps.

Le 11 novembre nous fêtons également la Saint Martin.
Martin de Tours a été un soldat pacificateur, un bâtisseur soucieux de l’intérêt général et du bien commun.
Sur sa tombe était inscrite cette épitaphe :
« Confesseur par ses mérites, martyr par sa souffrance, apôtre par ses actes, Martin règne glorieux dans le ciel, et ici dans son tombeau. »
Gardons en mémoire qu’à cœur vaillant, rien d’impossible.
Peuple de Provence, j’ai la conviction que la terre de Vaucluse sera le creuset de la renaissance nationale.
Ses soldats se sont mis en ordre de bataille pour l’échéance des régionales.
Je vous invite à rendre un vibrant hommage à celle qui, à la fleur de l’âge, accepte de porter l’étendard de la victoire : Marion MARECHAL LE PEN !