Image6

Les résultats sont tombés cet après-midi : c’est le candidat écologiste Van der Bellen qui a emporté l’élection présidentielle en Autriche. Norbert Hofer, le candidat patriote, a reconnu sa défaite. Voici son message publié sur facebook :

« Chers amis  

Je vous remercie pour votre extraordinaire mobilisation. Bien sûr, je suis triste aujourd’hui. J’aurais aimé veiller sur notre magnifique pays, pour vous, en tant que président. Je vous resterai fidèle. Je continuerai d’œuvrer à un avenir meilleur pour l’Autriche. Ne vous découragez pas ! L’engagement lors de cette campagne n’est pas perdu, c’est un investissement pour l’avenir. »

On imagine qu’à Bruxelles, Berlin, Paris, on doit respirer et il faut s’attendre sans doute ce soir à un déferlement médiatique pour annoncer le triomphe de la démocratie sur l’extrémisme, du Bien sur le Mal, la victoire de la lumière sur les ténèbres, et caetera, und so weiter, and so on… Bref, on connait la chanson !

Jüncker, Schultz, Merkel et Hollande  – qui joue les inutilités dans le dispositif – et bien entendu Sarkozy, Juppé et les autres vont pouvoir fanfaronner à l’envi sur les plateaux télé, les matinales radio ainsi que dans les colonnes du Figaro et du Monde. Au moment où j’écris ces lignes Manuel Valls affiche son  « soulagement », Le Foll salue un « sursaut citoyen », Hidalgo, forcément, a déjà envoyé son tweet (sans intérêt), et doit se rancarder sur le prochain vol pour Vienne, histoire d’aller valser, toutes affaires cessantes, avec l’écolo-bobo au son du Beau Danube vert. Quant à Mélenchon, toujours dans la nuance, il s’est lâché d’un « Ouf ! L’écologiste est élu. Le facho est battu… »

N’empêche.

N’empêche que ce n’est pas passé loin : quelques milliers de voix. 50,30% contre 49,70% (de fascistes donc, selon la classification mélenchonnienne).

Un résultat qui montre bien que la belle idée de l’Europe des Patries progresse chaque jour un peu plus au détriment de la folie bruxelloise. Comme le disait hier Marion à Strasbourg « Il faudra travailler, beaucoup et dur car si l’Union européenne gouverne mal, elle se défend bien. » L’Autriche a bien travaillé, preuve en est ce résultat magnifique qui, ne l’oublions pas, sonne la défaite totale des partis européistes qui gouvernaient l’Autriche depuis 70 ans (l’équivalent de « nos » PS et LR).

Un résultat au final porteur d’espérance et qui doit nous encourager à poursuivre notre combat, ici dans le Vaucluse, comme partout en France. Les partis du « système » ont tremblé en Autriche en ce mois de mai 2016. Ils peuvent s’effondrer en France en mai 2017…

Georges Michel

Secrétaire départemental adjoint du Front National de Vaucluse