Les ministres de la santé se suivent et se ressemblent.

Selon un rapport remis à Marisol Touraine, ministre de la santé, 67 services d’urgences  seraient menacés de fermeture, dont ceux de Vaison-la-Romaine et Valréas.

Une vingtaine d’années après la fermeture de la maternité, ce serait un nouveau rude coup porté à l’hôpital de Vaison et aux habitants du bassin de vie. Les raisons avancées sont une activité insuffisante des Urgences et donc une mobilisation de médecins qui pourraient être utiles ailleurs. Mais on sait pertinemment depuis des années que tous les gouvernements aux abois cherchent à faire des économies partout, notamment par la fermeture d’établissements.

La contrepartie de la désertification médicale dans nos cantons ruraux sera une nouvelle surcharge des hôpitaux d’Orange ou de Carpentras, dont les services d’Urgences sont déjà débordés. On ne parle même pas des risques liés à l’éloignement avant d’être pris en charge.

Si les réelles raisons d’une telle mesure sont le manque de médecins, le Front National rappelle que son programme prévoit un relèvement du numerus clausus des étudiants en médecine afin de pallier le manque d’effectifs dans les hôpitaux et les services d’urgence.

Si c’est un manque de moyens qui fait peser de telles menaces sur les soins des Français, rappelons que Marion Maréchal-Le Pen, contre la gauche et la droite, propose régulièrement depuis 2012 à l’Assemblée Nationale la suppression de l’Aide Médicale d’Etat. Le milliard d’euros que coûte l’AME pour soigner gratuitement des clandestins pourrait de façon bien plus légitime servir à soigner les Français qui cotisent, parfois se privent volontairement de soins, et bientôt pourraient faire 30km pour trouver un service d’urgences.

Comble de manque de vision à long terme, un permis de construire vient d’être accordé pour la réhabilitation des unités de médecine et d’urgences de l’hôpital de Vaison-la-Romaine…

K.Banck, responsable du canton de Vaison la Romaine