cerises

Question n° 28-00893 : du 16 juillet 2013
Mme Marion Maréchal-Le Pen attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur l’avenir de la filière fruits et légumes dans notre pays. La météo capricieuse a provoqué des retards de production, dépassant parfois trois semaines, chez les arboriculteurs et les maraîchers. De nombreux producteurs se sont retrouvés dans l’incapacité d’écouler leur récolte. Leurs clients n’ayant pu se fournir chez eux dans les délais attendus, ceux-ci se sont approvisionnés chez d’autres fournisseurs, étrangers pour la plupart, et qui n’entendent pas revenir chez leurs fournisseurs d’origine, considérant que les contrats liant les deux parties n’étaient plus valables en raison du non-respect des délais de livraison. Cette attitude remet gravement en question la pérennité de nombreuses exploitations confrontées, depuis des années, à de mauvais résultats. Elle démontre une fois encore les limites de la contractualisation promue, par la « Loi de Modernisation de l’Agriculture » de 2010, en tant que solution aux problèmes récurrents de la filière fruits et légumes en France. Le ministre compte-t-il prendre des mesures de soutien spécifiques pour la filière fruits et légumes cette année. Concernant le système défaillant de la contractualisation, il lui est demandé comment il envisage de le réformer. Enfin, pense-t-il que cette filière puisse encore avoir un avenir dans notre pays dans le cadre de la politique agricole commune décidée à Bruxelles et qui interdit tout protectionnisme face à une main d’œuvre à bas coût et aux contrôles de qualité insuffisants.