images

Dans l’actualité locale de ce mardi 27 août, les actes de délinquance et de criminalité atteignent un seuil paroxystique. Ainsi, le patron des 3 Brasseurs au Pontet a été séquestré durant toute la nuit; une dame de 78 ans a été victime d’une tentative de viol à Morières les Avignon; une attaque à main armée a eu lieu dans un PMU à Pertuis; enfin, un viol a été perpétré à Montfavet. Ces quelques faits divers relatés par la presse ne sont que la partie émergée de l’iceberg de l’insécurité quotidienne en Vaucluse, de l’ensauvagement généralisé qui gangrène notre France. Combien de maisons ont été cambriolées ce même jour? Combien d’atteintes et d’agressions à la personne ont eu lieu ce même jour? Combien de vols de voitures, de portables, de sacs à main…?

Avec François Hollande, le parti socialiste, Manuel Valls en premier flic de France et Taubira comme ministre de l’injustice, la France s’enfonce peu à peu dans la chienlit, et le droit élémentaire à la sécurité, pourtant gravé dans le marbre constitutionnel, n’est plus garanti depuis bien longtemps.  Et pendant ce temps-là, le préfet de Vaucluse, Yannick Blanc, se démène pour faire appliquer la loi à Bollène, au profit de deux candidates au mariage saphique. Ce que le gouvernement fait pour les uns, il le refuse aux autres. A l’instar des totalitarismes du XXème siècle, l’Etat est en train de créer des sur-citoyens ayant-droits, les minorités, et des sous-citoyens sans garantie de droits, la majorité des Français.  C’est ce que le PS appelle « la justice sociale ».