7830f5160acf2504148b13e509884ac8

Communiqué d’Hervé de Lépinau, conseiller départemental Front National de Vaucluse

 Carpentras, le 15 mars 2017

 

François Fillon en meeting à Pertuis. Etait-ce pour vérifier in situ la véracité des propos qu’il a tenus la semaine dernière, à l’occasion de la journée de la femme : « Je me souviens, lorsque j’étais premier ministre, avoir reçu un jour une lettre d’une jeune fille qui habitait dans le Vaucluse. Elle m’expliquait que chez les garçons de son entourage, le jeu qui faisait fureur, c’était d’envoyer des lames de rasoir au lance-pierre dans les jambes des filles qui portaient des jupes courtes » ? Incident dont personne (politiques, administration, justice, police) n’a jamais entendu parler dans notre département ! On s’étonne, du reste, qu’à l’époque, le premier ministre n’ait pas signalé ces faits à la Justice comme la loi le commande à tout détenteur d’une autorité publique ayant connaissance d’un crime ou délit. Il est vrai que M. Fillon n’aime pas les juges… Etait-ce pour évaluer les conséquences, en matière de sécurité, de la réduction des effectifs de police décidée lorsqu’il était premier ministre ? Etait-ce pour se rendre compte de l’impact dramatique sur la cohésion nationale de la complaisance envers l’islamisme durant les cinq années où il a été premier ministre ? Etait-ce enfin pour constater  les effets néfastes sur  notre agriculture de sa soumission à Bruxelles lorsqu’il était le collaborateur de Nicolas Sarkozy. Décidément, le déplacement de M. Fillon en Vaucluse était totalement déplacé.