« Les Harkis ne sont pas de vrais Français », disait le général de Gaulle. Pour le Front National, être Français, ça s’hérite ou ça se mérite. Les Harkis, eux, l’avaient mérité. Ils ont choisi leur camp, ils se sont battus pour nos trois couleurs; ils ont ont été torturés et massacrés dans leur pays pour leur choix courageux. Et pour ceux qui ont pu rejoindre la France, leur terre de coeur, le gaullo-socialisme les a parqués dans des camps inhumains. A l’heure où la France accueille la misère du monde avec l’argent du contribuable, à l’heure où la nationalité française est distribuée comme le pain sec aux pigeons, à l’heure où les caravanes de Roms envahissent les stades des communes françaises sans aucune réaction des pouvoirs publics, il n’est pas vain de se souvenir de ces patriotes d’Afrique du Nord et du traitement abject qui leur a été réservé.

h