Nanterre, le 7/5/2014

Communiqué de Presse de Louis Aliot

Au moment où notre armée est engagée sur diverses opérations extérieures pour défendre les intérêts de la France, nous nous souvenons ce jour avec une certaine émotion du sacrifice de nos soldats en Indochine il y a 60 ans.

En effet, le 7 mai 1954 le corps expéditionnaire français après une héroïque résistance face à l’armée communiste Viet, fut défait à Diện Biên Phủ en perdant trois mille de ses soldats.
Cette commémoration est pour nous aussi l’occasion de rappeler l’horreur communiste qui bénéficie malheureusement et toujours d’une certaine mansuétude de l’intelligentsia politico-médiatique.
Pourtant, après cette défaite, huit mille autres soldats succombèrent en déportation dans des conditions effroyables que nous n’oublions pas. Pas plus que nous n’oublions la responsabilité de l’ignoble Boudarel (commissaire politique de ces camps de la mort), honteusement protégé jusqu’à la fin de sa vie par son statut d’universitaire et par les officines socialo-communistes.
Enfin, et circonstance affligeante, comment interpréter 60 ans après cette défaite et ces crimes contre l’humanité l’hommage rendu au général Vo Nguyên Giap par le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius qui salua « un grand patriote vietnamien », « un grand soldat » et un « homme exceptionnel » : une honte et un outrage à tous les suppliciés de ce régime totalitaire !

Le Front National rend aujourd’hui hommage à nos soldats tombés pour la France. Ses élus sont appelés à participer à toutes les cérémonies commémoratives sur l’ensemble du territoire national.