Ci-dessous, un post lu sur le blog de Jean Luc Becker

aubert

« Julien Aubert est gonflé ! Le néo-député miraculé de la 5e circonscription du Vaucluse (englobant le canton de Carpentras nord) vient d’obtenir l’investiture de l’UMP pour les prochaines municipales. Or, pour l’obtenir, encore faut-il l’avoir demandée ! Et Julien Aubert a osé le faire en parfait parjure !! En effet, il y a un peu plus d’un an de cela, à peine, il écrivait pourtant aux électeurs du canton nord de Carpentras « qu’il se consacrerait à 100% à la députation et à sa circonscription » sans aucun autre mandat local ou national » La fidélité à la parole donnée (valeur gaulliste, s’il en est, référence dont Julien Aubert se réclame) ne pèse donc pas bien lourd devant ses ambitions politiques locales. Julien Aubert est quand même gonflé ! Il y a quelques mois, à peine, en janvier 2013, Julien Aubert demande à Jean-Luc Becker et Olivier Lapierre de mettre en place une liste d’union de la droite et du Centre à Carpentras, ce qu’ils font, le 24 janvier précisément, à l’hôtel Comtadin. Et tout le monde est là ! Anciens élus, nouveaux animateurs de la droite et du centre, de très nombreux sympathisants, toutes les sensibilités sont représentées et Julien Aubert, malgré une autre réunion, vient les rejoindre, bien sûr ! Jean-Luc Becker rappelle, à cette occasion, que ce rassemblement a pu être réalisé : « en s’appuyant sur les 2 groupes d’opposition municipale, point de départ de ce rapprochement sur les conseils de Julien Aubert, en apprenant à se connaître et à travailler ensemble et en ayant l’envie d’associer des personnes d’expérience à des jeunes pleins de fougue et de volonté, pour le bien de leur ville ». Ce qui n’empêche pas Julien Aubert, à peine sorti de ce magnifique rassemblement, de lancer l’idée d’un sondage d’opinion IFOP sur Carpentras pour déterminer qui sera la meilleure tête de liste. Et il fait acte de candidature malgré son engagement ci-dessus (et malgré la loi anti-cumul dont il est partisan et qui l’obligerait à démissionner en 2017) ! Julien Aubert est quand même gonflé ! Les résultats tombent ! Tout le monde est « dans un mouchoir » sauf Julien Aubert (qui est bon dernier partout !) et Jean-Michel Ferrand, largement premier, mais qui ne veut pas être candidat à l’investiture. Alors, Julien Aubert (vraisemblablement déçu et amer, on le conçoit), dément comme il peut. Julien Aubert est quand même gonflé ! Et il commence, dès lors, après avoir le culot de refuser Jean-Michel Ferrand comme arbitre (son président départemental de l’UMP qui a simplement eut le tort de dire haut et fort ce que tout la monde avait constaté : que « Julien Aubert était bon dernier dans tous les domaines du sondage et que, depuis, il fatigue les Carpentrassiens et voit des complots partout ! Je lui conseille de prendre du repos ») à miner systématiquement le champ de l’union à coup de Laval (dont il s’est servi sans l’ombre d’un scrupule), d’Andrieu (le retour du Jédi !), de Dedieu (!!), etc. Julien Aubert est quand même gonflé ! Jean-Michel Ferrand se voit alors confier la mission « de faire l’union à droite autour de l’UMP ». C’est plus facile pour lui qui n’a pas d’ambitions municipales et qui aime Carpentras. Tout le monde le comprend et l’accepte, sauf Julien Aubert. De la mutinerie pure et simple. Seulement voilà, les Carpentrassiens ne sont pas des imbéciles ! Ils ont compris qu’ils avaient à faire à quelqu’un qui ne vit pas à Carpentras, carriériste (miraculé de la 5e circonscription) qui veut seulement faire son « trou » politique à Carpentras et qui ne s’intéresse pas du tout à leur sort ni au futur de leur ville ! Pour une raison simple : il ne les connaît pas ! Chez nous, on dit, c’est un « i pas d’aqui ! » (« il est pas d’ici ») et on n’aime pas ça ! Alors, Jean-Luc Becker et Olivier Lapierre, ont rassemblé une liste d’hommes et de femmes de chez nous, de ceux qui ont connu les corsos sur les épaules de leur père ; qui sont descendus à pied, le dimanche à la Roseraie pour soutenir « les nôtres » ; qui ont fait «la rue de la Ré » ; qui ont vu évoluer les jolies danseuses de la Ruche, au son des fifres et des tambourins ; qui sont allés dans les vieilles écoles « Nord et Sud » du centre-ville, en hiver, le cartable sur le dos, les pieds dans les feuilles mortes, en traversant les odeurs de truffes devant l’Univers. Vous ferez bien ce que vous voudrez, mais moi, franchement, j’aime mieux une liste carpentrassienne comme Becker-Lapierre pour diriger Carpentras ! »