COMMUNIQUE DE PRESSE

d’Anne-Sophie Rigault, responsable du Front National pour la 1ère circonscription de Vaucluse

 

 

La confiance est rompue à Avignon, comme partout en France !

 

Madame Helle vient enfin de démettre son chef de cabinet « pour rupture de confiance ». Dont acte. Il était temps. Depuis trois ans, Mme le Maire s’est acharnée à défendre, couvrir les indélicatesses de l’un de ses plus proches collaborateurs à qui la justice demande aujourd’hui des comptes.

En 2012, François Hollande nous vantait la République irréprochable. On sait ce qu’il en a été : Cahuzac, Thévenoud, Benguigui, Arif… Eux aussi ont dû quitter leurs fonctions ministérielles pour « rupture de confiance » !

Fruit du hasard ou pas, quelques heures plus tard, l’adjoint aux Sports, Mounir Yemouni annonce qu’il quitte à son tour l’équipe municipale, et rend sa délégation, invoquant des problèmes de management du directeur de cabinet qui, dit-il, « ont plombé l’ambiance » et font régner « un climat délétère » à l’Hôtel de Ville. Aujourd’hui même, nous apprenons qu’une deuxième plainte est déposée contre l’adjointe au logement Darida Belaïdi, par un agent de la Ville, pour harcèlement moral.

Après la démission de l’élue socialiste Catherine Bugeon (adjointe à la Culture), puis le limogeage par le maire de deux des trois élus écologistes (dont l’adjoint à la circulation et à l’environnement), cela commence à faire beaucoup…

Ce spectacle lamentable n’est finalement que la reproduction locale de ce qui se passe au plan national : une gauche, toute à ses guerres intestines, incapable de gouverner  dans le souci du bien commun.

Appelés à voter en mai et juin prochains, les Français pourront signifier clairement, ici dans le Vaucluse comme partout en France, leur rupture de confiance à l’égard de cette gauche qui a échoué.

Seule Marine Le Pen est en mesure de rétablir ce lien de confiance indispensable entre le peuple et ses élus. Une confiance qui passe par le retour de l’ordre en France.