Le maire de Carpentras s’est félicité du contenu du rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) qu’il considère comme un satisfecit de sa gestion. Il faut reconnaître que F. Adolphe et son équipe sont adeptes de la méthode Coué. A tout seigneur tout honneur, la CRC n’a pas relevé de manquement susceptible de constituer une infraction pénale : entre nous, c’est la moindre des choses….

La réalité exposée par ce rapport est préoccupante pour mettre en évidence des indicateurs qui n’augurent rien de bon pour Carpentras. «…une population particulièrement vulnérable » et « un nombre important de foyers fiscaux non imposables » : telles sont les constatations liminaires faites par les magistrats qui relèvent un appauvrissement préoccupant des carpentrassiens. Ce constat tranche nettement avec le « tout va très bien Madame la Marquise » susurré au fil des conseils municipaux.

Il a été ensuite mis en évidence une absence de pilotage financier marqué par une trésorerie pléthorique à laquelle s’additionne un recours massif à l’emprunt, sans que les impôts diminuent pour autant. Ainsi, un trésor de guerre s’accumule en prévision des prochaines échéances électorales, à l’image de la pharaonique coulée verte sortie de terre fortuitement avant les élections municipales… Et le remboursement des emprunts sera laissé à la charge des générations futures qui s’en débrouilleront, surtout si l’équipe sortante n’est pas reconduite.

Enfin, les dépenses de personnel sont considérées comme excessives, aggravées par le coût des chargés de mission et autres contractuels proches du cabinet du maire, comme l’avaient d’ailleurs dénoncé les syndicats municipaux en 2015.
Et le développement économique reste le parent pauvre, le volontarisme factice du maire n’ayant pas inversé la tendance. La part des établissements situés en zone d’activité est relativement faible, reléguant Carpentras en fin de classement des principales communes du département.

En conclusion, il n’y a pas de quoi pavoiser.

Les élus FN/RBM de Carpentras