index

Communiqué de Presse de Louis Aliot  –  Nanterre, le 1/10/2013

Le Premier ministre britannique David Cameron vient une nouvelle fois de jeter un pavé national dans le marigot européiste.

En effet, en déclarant qu’il souhaitait une renégociation « radicale » des relations avec l’Union européenne et en ajoutant que les traités européens devaient être renégociés, le premier ministre anglais vient d’enfoncer un coin dans le dispositif technocratique de l’Europe de Bruxelles. Relevant que l’UE est beaucoup trop bureaucratique et contraignante le dirigeant anglais a promis la tenue d’un référendum sur le maintien ou non de la Grande-Bretagne dans l’UE avant la fin 2017.

Allant même plus loin, David Cameron a également indiqué qu’il envisageait de proposer l’abolition de la loi sur les droits de l’homme, qui depuis 2000 rend applicable la Convention européenne des droits de l’homme par les tribunaux britanniques. Par cette volonté, il pousse à la reconnaissance définitivement de la primauté des Droits nationaux sur la législation européenne, vieille revendication du FN et élément déterminant de nos souverainetés.

Ce discours a le mérite de montrer et de démontrer que nous ne sommes pas seuls en Europe à défendre un autre modèle institutionnel respectueux de la liberté des peuples et de la souveraineté des États.

Nous saluons évidemment l’esprit de contestation et de réforme qui souffle depuis Londres et appelons à la renégociation totale des traités dans le respect des indépendances afin de rétablir nos libertés politiques, sociales, économiques et monétaires !