Dans les mois qui viennent, Monsieur Max Raspail risque d’être beaucoup moins présent aux apéritifs et aux réceptions mondaines qu’il affectionne tant dans notre département.

En effet,  le parquet de Carpentras a décidé l’ouverture d’une enquête à son sujet suite à des  soupçons de « prise illégale d’intérêt » dans la création d’une zone d’activité économique à Villes-sur-Auzon. Max Raspail, rappelons-le, était jusqu’à présent connu pour ses talents de politicien cumulard puisqu’il est à la fois maire de Blauvac, Président de la communauté de commune Ventoux-Sud (CCVS) et conseiller départemental du canton de Pernes les Fontaines.

Il lui est reproché, en tant que président de la CCVS, porteuse du projet, d’avoir pris part au vote d’une délibération demandant la Déclaration d’utilité publique (DUP) d’un projet de zone d’activité économique sur la commune de Villes-sur-Auzon, quartier des Fontaynes.  Or il s’avère que plusieurs parcelles destinées à la création de cette zone d’activité ont été achetées quelques années plus tôt par les propres  fils de Monsieur Raspail…

Selon les informations révélées dans la presse, une partie de ces parcelles agricoles achetées en 2008 moins de 2 euros le m² serait en passe d’être rachetées pour un total de 53.820 euros soit 13 euros le mètre carré !

Une belle plus-value en perspective qui nous montre que certains agriculteurs ont plus le sens des affaires que d’autres !

La gendarmerie a été saisie de l’affaire suite à un signalement et le parquet de Carpentras a confié l’enquête à la cellule DFi du groupement de gendarmerie de Vaucluse.

Si les soupçons de prise illégale d’intérêt venaient à être confirmés,  il est évident que Max Raspail n’aura d’autres choix que de démissionner de ses mandats… comme l’ont déjà fait tant d’élus socialistes avant lui dans le sillage de la « République exemplaire » de François Hollande.

 

Julien Langard

Responsable FN du Canton de Pernes les Fontaines

Conseiller communautaire à la CoVe