Les charniers de Timisoara, les couveuses de Bagdad, les armes de destructions massives irakiennes… Ça ne vous rappelle rien ? On connait bien la technique de « l’image choc » souvent utilisée ces dernières années pour faire basculer l’opinion et légitimer une orientation politique. N’est-ce pas ce qui vient de se produire avec la photo du garçonnet syrien échoué sur une plage turque ? En l’occurrence, les dirigeants européens VOULAIENT depuis longtemps faire rentrer cette immigration en Europe, les Allemands parce qu’ils ont besoin de main d’œuvre bon marché que leur démographie déclinante ne leur garantit plus, les socialistes Français pour renforcer leur clientèle électorale et poursuivre la dilution d’une identité qu’ils exècrent. Malheureusement, les peuples n’en voulaient pas ; il a donc fallu redoubler d’imagination. Et hop ! Une petite image à fort pouvoir de sidération et le tour est joué : une nouvelle filière d’immigration vient d’être ouverte !
Dans les faits, aujourd’hui en France, charité bien ordonnée commence par… Autrui ! C’est le fameux proverbe, revu et visité par la gôôôche, toujours aussi généreuse avec l’argent des autres. Ainsi, François Hollande, suivi dans le Vaucluse par les maires socialistes, Cécile Helle à Avignon et Francis Adolphe à Carpentras et toute la clique des « bien-pensants », a décidé d’accueillir à bras ouverts ce qu’il convient de nommer dorénavant les « immigrants », comme s’il n’étaient déjà pas assez nombreux sur notre territoire au point de remplacer la population originelle de certaines provinces, comme s’il n’y avait pas actuellement plus de 5 millions de chômeurs en France, comme si tous nos compatriotes avaient déjà de quoi se loger décemment, se nourrir, se soigner et se chauffer, comme si les finances publiques n’étaient pas dans le rouge cramoisi… Non, pour ces socialistes chevaleresques, nos compatriotes peuvent ne plus se sentir chez eux, pointer à Pôle Emploi et dormir dans leur voiture ; il faut quand même accueillir ces pauvres gens. C’est ce que Cécile Helle appelle par antiphrase « assumer sa part de responsabilité ». Et à ceux-ci, nul doute qu’on leur trouvera bien vite un logement et un travail grâce au principe sacro-saint de discrimination positive. Côté Ripoublicains, c’est à peu près la même chanson. Pour le maire de Calais, Natacha Bouchart, il faut vivre avec la problématique des migrants «dans les meilleures conditions possible», car «ça peut être une richesse culturelle exceptionnelle […] et les Calaisiens pourront s’enrichir encore plus de ces populations migrantes». Chez nous, en Vaucluse, rappelons à toutes fins utiles que Madame Dominique Santoni, élue d’opposition à Apt et suppléante du député Julien Aubert, avait voté, il y a déjà un an, pour la proposition socialiste d’accueillir 28 immigrants syriens. Gris bonnet et bonnet gris…
Quel drame et quelle injustice pour nos compatriotes en souffrance d’être nés Français dans un tel régime! Ils sont les véritables naufragés de la folle politique de l’RPS et ils sont, chez eux, la dernière roue du carrosse, on pourrait dire la dernière patte du chameau au rythme où va le remplacement de la population mis en œuvre par nos gouvernants. Le Front National reste fidèle à ce qu’il a toujours dit : charité bien ordonnée commence par soi-même. LES FRANÇAIS D’ABORD !

Rémy Rayé, conseiller départemental de Vaucluse, secrétaire départemental adjoint FN 84