Monsieur le Préfet,

 

Samedi 17 décembre 2016, rue de la République et devant l’Hôtel de Ville d’Avignon, une manifestation, organisée par une association appelée « Respect, Egalité, Dignité », s’est tenue, sous prétexte de dénoncer le massacre des Aleppins en Syrie par le régime d’Assad. Je tenais à vous signaler que des slogans de nature à causer un trouble à l’ordre public ont été proférés durant plus d’une heure.

En effet, au cours du défilé, les manifestants ont scandé, en toute impunité, des slogans faisant l’amalgame entre Daesh et Israël : « Vous barbares, vous fachos, vous sionistes, on sera toujours là dans la rue »… « On est descendu quand Daesh faisait des massacres. On est descendu lorsqu’Israël faisait des massacres. »

Par ailleurs, le Front National a été visé à plusieurs reprises par des slogans sans équivoque : « Vous croyez que voter pour des fachos, voter pour des barbares, ça va vous amener la paix en France. Vous croyez vraiment que Marine Le Pen va vous amener la paix en France. C’est que vous êtes encore plus cons que ça si vous le croyez. »

De plus, l’action de la France au Mali, décidée par le Président de la République en 2013, a été assimilée à une action criminelle à travers cette déclaration, je cite, « Il [F. Hollande] a foutu la merde au Mali », alors que 18 de nos soldats ont laissé leur vie sur ce théâtre d’opération et qu’en ce moment même, loin de leurs familles, nos militaires poursuivent avec abnégation leur mission !

Enfin, un slogan très ambigu a été scandé à de nombreuses reprises : « A Alep, résistance, En Syrie, résistance, en Palestine, résistance. Dans nos quartiers, résistance. A Avignon, résistance… », slogan qui peut être interprété comme une incitation à résister à l’ordre républicain dans notre pays et plus particulièrement dans notre ville.

Les propos tenus durant cette manifestation sont vérifiables sur la page facebook de cette association : https://www.facebook.com/Respect-Egalite-Dignite-304921413047482/, post du 17 décembre 2016.

Alors que notre pays est en état d’urgence, je m’étonne qu’une telle manifestation puisse avoir lieu. Il semblerait, en outre, qu’une nouvelle action de ce type pourrait être prochainement organisée par cette association. Aussi, j’ai l’honneur, Monsieur le Préfet, de vous demander de bien vouloir faire le nécessaire pour que de tels propos ne puissent plus être proférés sur l’espace public.

Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

 

 

Copies à :

M. le Procureur de la République d’Avignon ;

Mme Cécile Helle, maire d’Avignon ;

Mme Marion Maréchal-Le Pen, député de Vaucluse.