Nicolas Sarkozy, le « re-retour » pour reprendre l’article de notre ami Gabriel Robin, ce matin dans Boulevard Voltaire. « Nicolas Sarkozy is back« , ironisait à raison Marion, hier soir à Orange. Nicolas Sarkozy qui défend l’identité de la France, sans doute parce qu’Edouard Balladur vient d’affirmer que ce sujet sera central en 2017. Nicolas Sarkozy qui défend l’identité de la France, surtout parce qu’il a compris – en bon vendeur de cravates qu’il est – que le sujet est porteur par les temps qui courent.

Deux remarques.

La première : la défense de l’identité de la France sans celle de sa souveraineté est une imposture. La France ne pourra préserver son identité que si elle recouvre sa souveraineté. C’est bien l’Europe de Bruxelles qui nous pousse, nous incite, nous oblige à ouvrir nos portes, nos frontières à la terre entière et donc à renoncer à notre identité. Or, cela, dans le discours de Nicolas Sarkozy il n’en est pas question. Nicolas Sarkozy n’a pour seule ambition que de recouvrer son poste de préfet de l’Union européenne en charge de ce territoire qu’on appelle la France.

La seconde. Comment accorder une once de confiance à ce discours quand on voit ce qu’a été l’action de Nicolas Sarkozy à la tête de l’Etat ? Je vous renvoie à l’article de Gabriel Robin (sur notre site aujourd’hui). Mais aussi, comment accorder une once de confiance à ce discours lorsque l’on voit ce que disent et font ses plus fidèles soutiens ? Passons sur François Baroin – le pourfendeur des crèches dans l’espace public – désormais inconditionnel de Sarkozy…

Voyons tout simplement ce qui se passe, non loin de chez nous, de l’autre côté du Rhône : à Nîmes, par exemple. Le sénateur-maire LR, Jean-Pierre Fournier, ancien secrétaire départemental des LR du Gard, ne contribue-t-il pas activement à entretenir le communautarisme dans sa ville, comme vient de le dénoncer Yoann Gillet, président du groupe des élus FN au conseil municipal de Nîmes,  dans un communiqué de presse (voir ci-dessous) ?

Ce même Jean-Pierre Fournier qui déclarait en mars dernier dans le Midi-Libre « Tout le monde sait ce que je pense. Je souhaite que Nicolas Sarkozy soit candidat. C’est le candidat naturel de notre formation politique. Et il a le parti avec lui, c’est un atout extraordinaire. S’il est candidat, je serai à ses côtés. »

A ses côtés pour faire quoi ? Reproduire au plan national ce que la droite et le centre font au plan local ?

Georges Michel, secrétaire départemental adjoint du Front National de Vaucluse

 

« Communiqué de Presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées
Président du groupe des élus FN au conseil municipal de Nîmes

Après avoir dénoncé, en tant que président du groupe FN au conseil municipal, les différents cadeaux du Sénateur-Maire UMP de Nîmes envers le culte musulman depuis plusieurs années et après avoir dénoncé le prêt par la ville d’une salle du stade des Costières pendant 7 semaines pour les « fidèles » de la mosquée de la gare, j’apprends désormais par les déclarations de la vice-présidente de « l’association culturelle islamique » que la communauté d’agglomération de Nîmes Métropole (dirigée elle aussi par la droite et le centre), met à disposition des musulmans de ladite mosquée, depuis hier et pendant toute la durée du ramadan, des navettes qui partent spécialement chaque début de soirée de la gare vers le stade pour revenir après minuit.

Par ces actes, le Sénateur-Maire de Nîmes et son adjoint et président de Nîmes Métropole, trahissent une fois de plus les nîmois.

Combien ce nouveau cadeau communautariste coûte-t-il aux contribuables Nîmois et de la métropole ? Qui sont les agents qui conduiront les navettes ? Ont-ils été sélectionnés sur des critères religieux ?
Qui a décidé de la mise en place de ce service lié à la célébration d’un culte (aucune délibération n’étant passée à ce sujet à l’agglo ou au conseil municipal) ?

La prochaine étape de cette folie communautariste des élus Nîmois sera-t-elle la prise en charge de déplacements aller-retour à La Mecque ?

Où la droite et le centre s’arrêteront-ils à Nîmes dans leur participation au communautarisme ?

Qu’ils en soient assurés, face à leurs graves dérives, ils trouveront toujours les élus du Front National sur leur chemin. »