La venue à Carpentras ce vendredi 17 février d’Emmanuel Macron, au lendemain de sa tournée électorale en Algérie, constitue une véritable provocation.

Provocation pour les nombreux pieds-noirs et harkis qui, après 1962, se sont installés dans notre département. En effet, affirmer comme l’a fait Emmanuel Macron que la colonisation a été « un crime contre l’humanité » est non seulement faux, mais témoigne également d’un mépris total pour toutes les victimes de l’Algérie française. Emmanuel Macron sait-il seulement que par cet acte de repentance et de soumission, il crache sur la tombe des milliers de Français, musulmans ou chrétiens, massacrés en 1962 ?

Provocation aussi pour tous les chômeurs du Vaucluse, pour toutes les victimes de la mondialisation, que cette autre déclaration d’Emmanuel Macron : « je créerai un Office franco-algérien de la Jeunesse pour favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée ». Au nom de quoi cette « mobilité » ? Au nom de quoi cette concurrence sur le marché du travail pour nos jeunes ? Au nom de quoi cette immigration supplémentaire ?

Jour après jour, la candidature d’Emmanuel Macron, même sans programme, apparaît pour ce qu’elle est : celle de la mondialisation, de l’immigration, et de la destruction de la France.

Catherine Candela, responsable du Front National pour la 4e circonscription de Vaucluse