Chers amis,

La place du village de Grambois étant trop petite, nous voici aujourd’hui réunis en nombre dans la cité voisine de la Tour-d’Aigues, et je tiens à remercier son Maire de nous avoir donné l’autorisation de nous rassembler sur sa commune, quand par ailleurs les vieilles sirènes de l’extrême gauche vauclusienne appelaient à l’interdiction de notre manifestation.

En effet, la secrétaire départementale du parti communiste s’est crue autorisée à demander au Préfet d’interdire notre rassemblement patriote au motif que nous pourrions constituer « une menace de trouble à l’ordre public » ! Rien que ça !

Mme Haloui  (c’est son nom), permettez-moi de vous servir cette pensée de La Rochefoucauld « L’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu ».

Car l’extrême gauche en connait un rayon en matière de trouble à d’ordre public :

– Occupation illicite de l’espace public et exclusion de ceux qui ne pensent pas comme vous lors de vos fameuses « nuits à dormir debout » ;

– Destruction de mobilier urbain et de vitrines lors des manifestations anti loi El Kohmri ;

– Violences contre les forces de l’ordre, quand il ne s’agit pas de tentatives de meurtre au cocktail Molotov lors de ces manifestations ;

– Violences, dégradations et intimidations contre les populations du calaisis à l’actif de vos alliés no border.

– Et pas plus tard qu’hier, cette extrême gauche donneuse de leçon défilait à Saint-Etienne pour demander « le désarmement des forces de police », oui vous avez bien entendu, « le désarmement des forces de police »  alors que cette manifestement était interdite par le Préfet et que les policiers manifestent partout en France leur malaise, pour ne pas dire leur ras le bol, face à des agressions de plus en plus violentes dont ils sont quotidiennement victimes !!!

L’extrême gauche qui se plaint que le Front National serait une menace de trouble à l’ordre public, c’est l’hôpital qui se fout de la charité !

Car mes amis ce qui nous réunit aujourd’hui, ce n’est pas la haine de l’autre et des institutions, bien au contraire :

– C’est l’amour de la Provence riche de ses traditions et de son patrimoine ;

-C’est l’amour de la France souveraine et maîtresse de son destin ;

– C’est le droit à la liberté d’expression ;

– C’est ce devoir impérieux de dénoncer cette politique d’immigration complètement folle portée par un gouvernement aux abois, par un président massivement rejeté par le peuple français et une commission européenne dictatoriale qui œuvre contre la souveraineté des Nations.

Notre mouvement n’est pas dirigé contre ces clandestins qui, fort opportunément, profitent de nos faiblesses, de nos richesses et de notre incapacité à maîtriser nos frontières : s’ils sont aujourd’hui sur le territoire national, c’est  que certains, et au plus haut niveau, ont bien voulu les laissé entrer.

Nos adversaires sont :

– Ces responsables politiques, de gauche comme de droite, corrompus pour beaucoup par l’argent du Qatar et de l’Arabie-Saoudite, peu soucieux des intérêts nationaux, de notre identité et de notre souveraineté.

– Cette gauche militante, où des manipulateurs cyniques côtoient des idiots utiles, affairée depuis 40 ans à réécrire les plus belles pages du Roman National en voulant coûte que coûte nous séparer de nos racines chrétiennes, de notre identité millénaire et de notre souveraineté, gage de notre liberté.

– Cette gauche morale, forte des méthodes de l’inquisition, qui décide, au nom des « valeurs de la République » qui est méchant et qui est gentil, avec pour triste bilan une France au bord de la guerre civile.

– Ces salisseurs de mémoire, destructeurs acharnés de l’unité nationale pourtant chèrement acquise au prix du sang et dont l’addition prohibitive s’affiche de manière macabre sur les monuments aux morts de nos villes et de nos villages.

Mais reconnaissons à cette gauche, et plus particulièrement dans notre département,  d’avancer à découvert, d’afficher la couleur. Monsieur le maire de la Tour-d’Aigues ne me contredira pas sur ce point…

Lorsqu’il s’est agi de voter la mise à disposition de la ferme de Bonpas, propriété du Conseil départemental de Vaucluse, au profit des clandestins, ou encore de voter contre la motion « Notre département sans migrants » présentée par vos élus du Front National, la gauche a pris clairement position contre les intérêts du peuple français.

Quant aux représentants de la droite dite « républicaine », l’affaire a été plus compliquée.  Ils ont adopté une attitude plus ambiguë pour ne pas dire suspecte, en s’abstenant pour certains, ou en votant pour la mise à disposition de moyens départementaux destinés à l’hébergement des clandestins pour d’autres, et en votant contre pour les derniers…

Et c’est avec un courage qui impose le respect qu’ils ont unanimement refusé de  prendre part au vote de la motion que je viens d’évoquer !

Maurice Chabert, ancien maire de Gordes et actuel président du conseil départemental au bénéfice de l’âge, si ce n’est au bénéfice d’accords électoraux conclus avec les socialo communistes qui ne manquent pas une occasion de le rappeler à leur bon souvenir, est passé « Maître des cérémonies » dans l’organisation du bal des faux-culs.

Quand le « NI-NI » prend chez ces gens valeur constitutionnelle.

J’en veux pour preuve les dernières déclarations de notre sémillant député de la 5ème circonscription, lequel  n’est pas en reste sur le sujet du NI-NI. Je le cite :

«  Quand je ne dis pas bienvenue aux migrants, c’est pas d’un côté les gentils élus et d’un autre les méchants élus au cœur froid. Mais cette politique d’accueil est stupide et de courte vue. »

Il a critiqué mercredi dernier sur les ondes de France Bleu Vaucluse le bien fondé de notre manifestation. Je le cite à nouveau :

« La liberté de manifester existe mais c’est de l’agit-prop’. On devrait plutôt chercher des solutions calmes. »

Mais quelles solutions calmes, Monsieur le député ? Une tasse de camomille ? Une infusion des deux marmottes ? Vous ne proposez rien de concret : le verbe haut et la main molle, comme d’habitude… Car il faut donner à l’électeur de droite, souverainiste et conservateur, l’impression qu’on reste droit dans ses bottes.

A non, je suis médisant, il a formulé une proposition : il se souvient que Francis Adolphe, le maire socialiste de Carpentras, a évoqué il y a quelques semaines le cas supposé de familles catholiques sur sa commune qui veulent accueillir chez elles des migrants. Julien Aubert a estimé que « Francis Adolphe a repris (son) idée: s’appuyer sur la société civile ».

Fort bien, mais que proposent les agnostiques, les athées, les bouddhistes, les musulmans, bref la majorité des Français qui ne sont pas ces quelques catholiques de Vaucluse ?

Messieurs Aubert, Chabert, Adolphe, Lovisolo, êtes-vous disposés à recevoir des clandestins chez vous ? A demeure ? Et là, silence radio, les belles âmes sont aux abonnés absents. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

Et le bon exemple est donné du plus haut sommet de l’Etat puisque le Président de la République, à la question « Méttriez-vous vous vos résidences secondaires à disposition des migrants » celui-ci a répondu avec un cynisme consommé :« Désolé, elles sont déjà occupées ».

En définitive, dans le monde de Tartuffes, la générosité c’est bien, mais avec l’argent des autres.

C’est pourquoi nous devons entrer en résistance face à ce terrorisme intellectuel et moral. Il faut rappeler avec force ces principes élémentaires :

« Charité bien ordonnée commence par soi-même »

« Les nôtres avant les autres »

Rappelons à ces belles âmes que le Vaucluse détient le record d’être le 6ème département le plus pauvre de France, d’avoir des retraités  qui survivent avec des pensions de misère, d’avoir un taux de chômage de plus de 20%, de subir les conséquences d’une immigration exponentielle, de receler des foyers de radicalisation islamiste dans un contexte de menace terroriste maximale.

Non Messieurs les bien-pensants, le Vaucluse n’a pas les moyens de votre générosité à courte vue. Le Vaucluse n’en peut plus…

Pourquoi des facilités si soudaines pour héberger, nourrir, soigner, défrayer des individus entrés illégalement sur notre sol quand nombre de nos compatriotes manquent de tout et n’ont plus droit à rien.

Mes amis, il faut se résoudre à l’évidence : seul le Front National défend les intérêts des vauclusiens face à ces politiques injustes et génératrices de tensions sociales.

Seuls vos élus Front National ont le courage de s’opposer aux forces destructrices du politiquement correct.

Car le gouvernement a clairement annoncé qui sont ses ennemis. Le Premier ministre Valls met violemment en garde le peuple français :

« Ceux qui se mettront en travers de l’accueil des réfugiés trouveront l’Etat devant eux »

Le peuple français est en droit de lui opposer l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen :

«  Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Mes amis, ce gouvernement et ces élus ennemis des intérêts de la France devront impérativement quitter la scène politique en 2017.

Les échéances électorales à venir seront déterminantes pour l’avenir de notre Nation : ce sera le sursaut ou le chaos !

Vous êtes les artisans de ce sursaut : en 2017, ce sera Marine présidente et une majorité Front National à l’Assemblée !

Que vive le Vaucluse ! Que vive la France !

14642494_1224293190989830_6947310216274254573_n