En fait de bilan, le conseiller départemental de Cavaillon, Jean-Baptiste BLANC, s’autorise des attaques ad hominem dirigées contre les élus FN, après avoir raillé le patronyme de certains d’entre eux, au seul motif qu’il comporte une particule. Marie Thomas de Maleville et Hervé de Lépinau se sentent légitimement concernés et profitent de l’occasion pour rappeler quelques vérités.

Le 4 aout 1789, les privilèges de l’Ancien Régime ont été abolis et la Constitution prévoit à présent que les hommes naissent et demeurent libres et égaux  en droits : distinguer pour les moquer des personnes en raison de l’origine de leur nom de famille constitue une faute morale qui fait écho aux heures les plus sombres de notre Histoire.

N’en déplaise à M. BLANC, le FN est le mouvement  politique véritablement  populaire et soucieux du devenir du « bas peuple » comme il dit avec une touche de mépris. Les scores obtenus par le FN lors des dernières élections, et en particulier en Vaucluse où il est majoritaire, n’en font-ils pas le premier parti de France ?

Nous sommes effectivement obsédés par l’utilisation de l’argent des contribuables car il ne nous appartient pas et devons en faire bon usage. Il est de notre devoir de dénoncer les accords honteux LRPS relatifs aux financements des associations proches de la gauche militante dont les électeurs de M. BLANC ne veulent pourtant plus entendre parler.

En définitive, Jean-Baptiste, peut-être grisé par ses nombreuses fonctions politiques et partisanes, n’est-il pas en train de perdre la tête ? Mais qu’il se rassure, la sienne ne finira pas au bout d’une pique mais pourrait bien mordre la poussière lors des prochaines élections…