Marion Maréchal-Le Pen appelle l’attention de Mme la ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes sur la réforme de l’Agence française de l’adoption.

Le rapprochement de l’agence française de l’adoption (AFA) et du Groupement d’intérêt public de l’enfance en danger (GIPED), dans le cadre du Conseil national de la protection à l’enfance (CNPE) crée par la loi n°2016-297 du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant, inquiète les familles de parents désireux d’adopter.

En entraînant la disparition juridique de l’AFA, organisme assurant l’intermédiaire pour l’adoption de mineurs étrangers de moins de quinze ans, les procédures d’adoption internationale dans les pays où l’AFA est accréditée pourront être suspendues ou annulées. Les dossiers d’adoption risquent de ne jamais aboutir ou d’être fortement retardés faute d’agrément annulé ou expiré.

Face à la détresse et l’incertitude des parents adoptant, elle souhaite que le ministre apporte des précisions sur l’état de la réforme de l’agence française de l’adoption.  Elle demande également ce que le ministère envisage afin que les accréditations, accordées à l’agence française de l’adoption par les pays d’origine des enfants adoptables, soient reconnues à la nouvelle entité issue de la fusion de l’AFA avec le GIPED.