C’est avec satisfaction que le Front National a pris connaissance de la décision du tribunal correctionnel d’Avignon concernant la « mosquée » de Sorgues, installée dans un ancien entrepôt en contravention avec la loi.
Ainsi les deux associations musulmanes sorguaises sont condamnées à démolir toute installation liée à la pratique du culte et à rendre les locaux dans leur état originel. Force est donc à la loi. Mais ce cas est bien isolé et d’innombrables exemples pullulent dans notre pays et notamment en Vaucluse, où ce n’est plus la loi de la République qui a le dernier mot et ce, avec la complicité des élus, tant PS que LR.

Depuis le début de cette affaire, le Front National a dénoncé le double-jeu de M. Lagneau, maire de Sorgues qui, aujourd’hui se pare des atours de la fermeté quand hier il entretenait une certaine ambiguïté sur le sujet pour s’attirer les bonnes grâces du vote communautaire lors des élections municipales et départementales. Il devra s’expliquer, comme nous l’avons déjà dit, devant les Sorguais et Sorguaises. A-t-il promis à ces deux associations qu’elles obtiendraient le permis de construire qu’il leur a refusé par la suite ?

La fermeté paye toujours, la duplicité ne paye qu’un temps et en la matière le juge suprême reste le peuple.

Marion Maréchal-Le Pen, député de Vaucluse