Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen et de Gilbert Collard
Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté en faveur de la motion de censure jeudi 18 juin.
Le gouvernement étouffe les oppositions et bâillonne la représentation nationale avec un second recours au 49.3, ce même 49.3 que les socialistes dénigraient hier.
Manuel Valls sacrifie le débat parlementaire et la discussion de près d’un millier d’amendements afin de satisfaire aux « recommandations » de l’UE. En effet, la loi du ministre Macron n’est autre que la traduction législative de la dérèglementation prônée par la Commission européenne.
Le gouvernement impose l’adoption d’un texte fourre-tout dont les conséquences impacteront sur notre souveraineté : financiarisation des professions juridiques préparant la disparition de notre droit continental au profit du droit anglo-saxon, privatisation des sociétés de gestion des aéroports de Lyon et de Nice, désengagement de l’Etat du groupe Nexter pour réaliser la fusion avec l’Allemand KMW au péril de notre indépendance stratégique. Des mesures telles que l’ouverture plus poussée du travail le dimanche, la généralisation du transport en autocar au détriment des lignes de train et la réforme des professions règlementées favorisent le moins-disant social et ne sortiront pas la France du marasme économique.
Face à un gouvernement sans majorité, maintenu artificiellement en vie par des frondeurs d’opérettes, soucieux de conserver leurs postes, la dissolution de l’Assemblée nationale suivie du scrutin à la proportionnelle s’imposent pour que la représentation nationale incarne enfin le pouvoir du peuple et les intérêts de la Nation.