LA COMMUNAUTE DE COMMUNES « AGRANDIE » ENCLAVE DES PAPES – PAYS DE GRIGNAN
(C.C.E.P.P.G.)
PAR MME FRANCE BARTHELEMY BATHELIER
Faisant suite à la démission de Monsieur le Premier Vice-Président de la C.C.E.P.P.G., l’élue communautaire France Barthélemy Bathelier, dans sa lettre adressée à chacun des différents élus, relève le malaise identitaire, voire le mal-être, de cette communauté de communes agrandie au 1er Janvier 2014. Elle pointe ainsi du doigt et pour l’heure l’impossible entente d’un territoire remodelé selon une directive préfectorale.

Mesdames et Messieurs les maires du canton de Valréas,
Mesdames et Messieurs les maires du canton de Grignan,
Mesdames et Messieurs les élus communautaires,
A votre attention

Monsieur le Président de la C.C.E.P.P.G.,
Monsieur l’ancien Président de la C.C.E.P. et de la C.C.E.P.P.G.

Après le « désaveu » du Bureau lors de la réunion du 14 Avril 2015, ainsi nommé et exprimé par Monsieur Luc Chambonnet dans sa lettre de démission de la première Vice-présidence de notre intercommunalité, en date du 25 Avril 2015, nous nous permettons ce jour de vous présenter nos éléments de réflexion.

Par lettre du 27 Mai 2015, vous nous dites, Monsieur le Président, qu’il sera nécessaire désormais de « conforter » (mais plus exactement de construire selon nous) un « socle commun ». Et oui, le cœur du problème est bien là ! Ce n’est pas parce qu’il fut décidé un jour de réunir deux communautés de communes (plus la commune de Grignan) en une seule (constituée le 1er janvier 2014), qu’il faut penser qu’elles n’en font réellement qu’une. Vous êtes parti confiant, honnête de bien faire et laisser dire. Mais sachez que « l’ambiance de suspicion permanente » dénoncée par M. Chambonnet existe effectivement. Elle s’est installée il y a presque 700 ans, lorsqu’en 1317 la Papauté qui siégeait alors en Avignon voulut agrandir son territoire temporel vers le nord (pris dans le grand domaine des Dauphins de Viennois) … constituant ainsi décennie après décennie une enclave pontificale que vous connaissez bien (plus Saint-Pantaléon-Les-Vignes et Tulette) avec pour capitale Valréas dans un Haut

Comtat Venaissin prospère mais à la mentalité, à la langue, à la religion et aux mœurs si différentes malgré tout … Dans cet imbroglio de frontières et de différences s’installa tout naturellement la méfiance et la suspicion que la religion vint définitivement asseoir. Les uns « Papistes » et les autres Protestants, s’affrontèrent inévitablement. La création des départements de la Drôme et du Vaucluse (1 an après la Drôme) ne changea rien au problème de fond : Il y eut (il y a) les Drômois et les Vauclusiens. Que se passe-t-il aujourd’hui ? Située dans les départements de la Drôme et du Vaucluse, dans les régions P.A.C.A. et Rhône-Alpes, la Communauté de Communes agrandie Enclave des Papes – Pays de Grignan, a du mal à trouver ses marques, car l’état d’esprit de tout un chacun demeure inscrit dans une mémoire collective divergente. Tout cela est donc tout à fait normal mais annonce déjà toute la difficulté qu’il y aura à « gérer » un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) dès 2017.

Monsieur Chambonnet nous aurions dû en discuter et, loin de cette absence de connaissance du terrain, vous n’auriez pas démissionné. Il y a un là un véritable « challenge » et un défi à relever.
Monsieur le Président, vous n’auriez pas dû accepter cette démission bien regrettable. Votre « erreur » fut de présenter au vote un Budget primitif la veille du délai règlementaire de remise en Préfecture soit le 14 Avril pour le 15 Avril. Votre marge de manœuvre était bien trop étroite. Y avait-il eu suffisamment de séances préparatoires avant ce vote, suffisamment de travail, de transparence et de communication pour consolider ce fameux socle commun ? Je ne le crois pas ! La démission de Monsieur le Vice-président était donc irrecevable.
Nous attendons votre réponse.