⭕📰Dans La Provence d’hier, la députée de la 4ème circonscription de Vaucluse Marie-France Lorho s’en prenait au Front National local et son représentant à Orange, André-Yves Beck.
Dès l’après-midi Le Journal d’Orange publiait un commentaire :

➡️Ainsi font, font, font…
La député Marie-France Lorho dans le journal du jour

La député d’Orange et du Nord Vaucluse vient de donner un interview à La Provence. Un grand interview par la taille qu’il occupe dans le journal, mais assez insignifiant pour le reste. On retrouve dans sa bouche tous les poncifs de la Bompardie : « bons sens », « localisme »…
Le ton général est gnan-gnan et indigne d’une député. On apprend que Marie-France Lorho a « demandé l’autorisation de se présenter » à son mari ! A propos de son mandat de député, elle parle de « cadeau » fait « par Jacques Bompard » (qui a démissionné pour lui laisser sa place).
Si ces propos sont très aimables à l’égard des Républicains, elle s’en prend, en revanche, au Front national. Reflet certain de l’inquiétude éprouvée par la Bompardie à l’approche des Municipales de 2020.
Une question pour conclure : combien de Nord Vauclusiens savent vraiment que Marie-France Lorho est leur député ? Sans doute une minorité. Combien auraient voté pour elle si elle s’était présentée en tête d’affiche ? Peut-être 5 %.
Notre ville comme la démocratie méritent mieux !

⭕La Provence d’aujourd’hui publie la réponse savoureuse d’André-Yves Beck.

➡️Madame Lorho me reproche dans vos colonnes de ne « rien lui dire en face ». Or, pour le faire, il faudrait encore que je la croise, ce qui n’est jamais le cas. Aussi, c’est bien volontiers que je lui propose un débat public en un lieu de son choix et selon les modalités qui lui conviendront.

Bien évidemment, je comprends qu’avant d’accepter ce débat, elle doive en parler à son mari puisque je lis dans vos colonnes qu’avant de devenir député elle lui avait « demandé l’autorisation » de se présenter… Elle peut aussi demander la permission à Jacques Bompard, mais je doute qu’il la lui donne.

Si ce débat se fait, nous pourrons parler ensemble des dossiers en panne de la municipalité, de ses fiascos comme les 600 000 euros gaspillés l’an dernier avec Orange Plage, bref, de ce qui semble être le mandat de trop. Nous pourrons également évoquer l’avenir et l’importance pour Orange de ne pas rater en 2020 l’après-Bompard.

André-Yves Beck
responsable Front national d’Orange