Communiqué de presse de Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen

ProjetGilbert Collard et Marion Maréchal- Le Pen ont voté contre le redécoupage des régions le mercredi 23 juillet.
Mobilisés contre le projet de réforme territoriale méprisant les réalités géographiques, historiques, culturelles, économiques, les élus FN-RBM ont dénoncé à la tribune, par la voix de Marion Maréchal-Le Pen, la volonté de « court-cicuiter l’échelon étatique pour privilégier le lien direct UE-région » afin de « contourner les réflexes et les résistances nationales du peuple français face à la construction fédérale européenne ».
Derrière ce redécoupage territorial se dissimule un véritable charcutage électoral et politicien : conscient de son impopularité, le gouvernement a repoussé les élections locales pour prolonger de quelques mois la survie des petites baronnies socialistes qui ne pourront pas résister au verdict du suffrage universel.
Cette réforme, réalisée dans la précipitation et sans l’aval du peuple, n’apportera aucune réduction substantielle de coûts de fonctionnement voulue dès 2015 par le plan d’austérité de Manuel Valls. Au contraire, on assistera à une hausse des coûts de fonctionnement et des dépenses immobilières alors que les inégalités territoriales se creuseront au détriment des populations rurales et des petites communes. Les économies prétendues servent à justifier de nouvelles coupes dans les dotations aux collectivités sans se soucier du devenir des services publics de proximité.
Une fois encore le Gouvernement se fait le serviteur zélé de l’Europe des régions qui veut nous imposer ses Landers à l’allemande, réduisant ainsi nos grandes métropoles, au rayonnement international, en des préfectures soumises aux ordres de Bruxelles.
Le triptyque commune –département-Etat, spécificité française adaptée à notre territoire et ses diversités locales, doit être maintenu et défendu tout en clarifiant les compétences réservées aux différentes strates du millefeuille français.