Le site « contribuables.org » publiait ce 30 novembre son Top 10 des associations les plus arrosées par les subventions d’Etat.
Son montant a plus que doublé entre 2015 et 2016 pour atteindre 4,69 milliards d’€.
Parmi les principaux types d’associations bénéficiaires, on peut distinguer trois grandes catégories.
Tout d’abord la formation professionnelle des adultes, qui chaque année reçoit des objections de la Cour des comptes pour l’opacité de son fonctionnement et de son financement, une qualité des prestations incertaine et des résultats insuffisants, alors que son rôle est précisément la lutte contre le chômage.
Ensuite viennent les associations à but social qui captent presque 35% du montant du top 10, avec parfois des appellations abscons (32 millions pour le Fond de financement du dialogue social…).
Enfin les diverses associations d’aide aux migrants prennent une belle part du gâteau pour financer allègrement l’installation de population non désirées par les Français et souvent clandestinement entrées sur le territoire. Ces mêmes immigrés illégaux bénéficient par exemple de l’AME (Aide Médicale d’Etat) pour un coût de près d’un milliard d’€ alors que les Français eux-mêmes ne peuvent plus se payer certaines prestations médicales.
Deux mentions spéciales :
– la recherche et la technologie sont modestement subventionnées malgré leurs besoins de développement dans un pays en perte de vitesse économique.
-la Ligue de l’enseignement, grassement aidée, alors qu’elle est largement politisée. En témoigne ses multiples appels à « faire barrage au le Front National », aidée en cela par le député socialiste Bruno Le Roux qui appelait en 2016 ses collègues de l’Assemblée à donner à l’association dans ce but.
Rappelons que l’argent que l’Etat verse provient des impôts, et donc de notre argent à tous. Il sert donc en grande partie à financer l’immigration illégale d’une part, et des associations à but idéologique et politique d’autre part.