Communiqués / 11 novembre 2016 / Étiquettes : /

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Je participe ce jour à la commémoration de l’armistice à Hénin-Beaumont et à la nécropole nationale de Rancourt dans la Somme.

Avec la bataille de Verdun, celle de la Somme restera gravée à tout jamais dans les mémoires par la violence des combats et les pertes considérables enregistrées dans les rangs de l’armée française.

200 000 soldats français seront fauchés durant les cinq mois de la plus sanglante des batailles de la Première Guerre mondiale.

200 000 soldats français ont durant ces cinq mois terribles sacrifié leur vie par amour de la patrie.

Ils ne sont plus là aujourd’hui, mais leur bravoure, leur courage, leur détermination à défendre le sol sacré de la Nation sont inscrits pour toujours dans la mémoire nationale.

Ce devoir de mémoire est non seulement impérieux, mais il nous rappelle combien la liberté de la France est notre bien le plus précieux ô combien fragile.

Le souvenir de ce passé doit également nous rappeler l’absolue nécessité pour la France de préserver ses capacités de défense dans un monde instable.

La paix a un prix, elle exige que la France soit en mesure de défendre son intégrité territoriale, ses intérêts et de maintenir sa capacité opérationnelle quand elle est engagée dans des opérations militaires.

Gardons toujours à l’esprit, les propos de ce grand militaire que fut Hubert Lyautey, « il faut montrer sa force pour ne pas avoir à s’en servir » et redonnons à l’armée française les moyens humains, matériels et budgétaires lui permettant d’assurer pleinement ses missions, en sanctuarisant le budget de la défense à un minimum de 2% du PIB.

Le soutien aux soldats français en activité doit également s’accompagner du soutien à ceux qui ont combattu et servi sous le drapeau dans les différents conflits, soldats de métropole, d’outre-mer et harkis. La reconnaissance de la Nation aux anciens combattants passant par une revalorisation de leurs pensions.