Une « marche citoyenne et solidaire » en faveur des migrants s’est élancée le 30 avril dernier depuis Vintimille à la frontière franco-italienne. Elle doit rallier Calais et sera dans le Vaucluse les 18 et 19 mai pour une étape entre Avignon et Orange.

Organisée par des associations de soutien aux migrants et de diverses personnalités de gauche ou d’extrême-gauche, comme José Bové ou Jacques Gaillot, les buts de la marche sont de soutenir et promouvoir l’accueil des migrants, l’abrogation du délit de solidarité, la liberté de circulation et d’établissement des migrants en Europe.

Si ces revendications sont évidemment déconnectées de la réalité économique et sociale, et attentatoires à l’identité et la souveraineté Françaises, elles deviennent de surcroit totalement indécentes au moment de traverser notre département. Le Vaucluse est en effet un des départements les plus pauvres, et les instigateurs de ce mouvement n’ont pas l’air de se soucier des graves difficultés des Français, notamment en zone rurale.

Un énième plan banlieues de 48 milliards s’annonce, aussi dispendieux et inefficace que les précédents.
L’Aide Médicale d’Etat pour les clandestins est chiffrée à plus d’un milliard pour les Français (alors que beaucoup de Français n’ont plus les moyens de se soigner). Les « mineurs » étrangers isolés coûtent près d’un milliard aux départements.
Les immenses difficultés d’assimilation des immigrés s’accumulent alors que le chômage n’a jamais été aussi haut.

Il est donc totalement irresponsable d’encourager la venue en masse et l’installation de clandestins, dont très peu sont de véritables réfugiés pouvant prétendre à ce statut.

Le Front National a toujours dénoncé les dangers de l’immigration massive et incontrôlée, et il reste le seul à tenir ce langage de vérité aux Français, malgré l’agitation et la détermination seulement verbale de certains responsables de la droite dite républicaine (qui votent contre nos amendements visant à restreindre l’immigration).

Marine Le Pen et le Front National proposent notamment l’expulsion immédiate de tous les clandestins, la réforme du droit d’asile afin qu’il cesse d’être une nouvelle filière d’immigration en étant détourné de son objectif, la suppression de l’AME, et la sortie de la France des accords de Shengen.

L’irresponsabilité des associations pro-migrants inspire la plus profonde incompréhension quant au mépris affiché pour nos propres concitoyens.