Communiqué de Marie Thomas de Maleville, conseillère départementale, conseillère municipale de Carpentras

 

Carpentras, le 10 avril 2017

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, six voitures ont été incendiées à Carpentras. Un fait divers qui, malheureusement, devient la routine dans notre ville. En effet,  depuis l’été dernier, ce sont des dizaines de voitures et de poubelles qui ont été incendiées à Carpentras : dans le quartier des Amandiers, au Pous du Plan, notamment.

Mais tout va très bien, nous dit-on. Le ministre de l’Intérieur, intermittent du spectacle, proclame que la délinquance et la criminalité reculent dans notre pays, après 5 années calamiteuses de Hollandisme. Francis Adolphe, premier magistrat de Carpentras, nie que l’insécurité est grandissante dans la ville qu’il administre depuis maintenant 9 longues années. Le déni comme mode de gouvernance !

Tout ne va pas très bien, nous dit François Fillon, mais au fond cela ne va pas si mal que ça. C’est pourquoi, sans doute, il n’a pas l’intention d’augmenter les effectifs de police et de gendarmerie, s’il était élu président de la République. Faire plus avec moins : on a vu le résultat durant les 5 ans où M. Fillon a été Premier ministre.

Tout ne va pas très bien, mais c’est un peu à cause des forces de l’ordre qui « stigmatisent » les quartiers difficiles, semble dire le candide Emmanuel Macron qui veut généraliser « en particulier dans les quartiers prioritaires ou dans les quartiers marqués par une baisse de la confiance entre la police et la population, l’usage des caméras piétons pour enregistrer les contrôles d’identité. » En clair fliquer la police ! Chacun a ses priorités…

Cette réalité quotidienne vécue durement par nos concitoyens, notamment les plus modestes, montre, s’il en était encore besoin, qu’il est grand temps de remettre la France en ordre. Seule, Marine Le Pen a cette volonté.