herve1

Le CDAC a donné son accord pour la réalisation du projet de centre commercial sur le site des Croisières, projet activement soutenu par le maire Francis Adolphe.  Ce dernier a ainsi écrit le dernier chapitre d’une mort programmée du commerce de proximité, dernier poumon économique du cœur de ville.

Pour expliquer cet acte de trahison vis à vis des commerçants du centre-ville, l’édile visiblement plus à l’aise en communication qu’en anticipation (or, gouverner, c’est prévoir) oppose le fait que 200 millions d’euros issus de la consommation partiraient chaque année sur la zone du Pontet, ce qui constituerait un manque à gagner pour Carpentras. A l’heure du libre-échange, Monsieur Adolphe voudrait-il rétablir les octrois de l’ancien régime et contraindre les consommateurs à rester sur sa commune alors que la plus grande surface de vente d’Europe est à un quart d’heure?

Après son parking au prix exorbitant, le Maire veut à présent sa zone commerciale…. Il est singulier de constater comme ce socialiste est fasciné par le monde de l’argent roi, à l’image de François Hollande et de ses ministres qui enfonce le pays dans l’abîme, en méprisant les petits commerçants, les artisans et les petits industriels, pourtant premiers créateurs d’emplois dans le pays.

Les représentants des PME-PMI du comtat ont exprimé leurs difficultés à trouver du foncier disponible sur Carpentras pour installer leurs activités et les emplois qualifiés qui y sont associés. Mais cela n’intéresse visiblement pas Francis Adolphe qui préfère un énième centre commercial.

En tant que candidat aux fonctions de Maire, je m’engage à combattre ce projet anti économique et à consacrer les surfaces foncières encore disponibles à l’artisanat et à l’industrie.

Hervé de Lépinau